En finir avec la solitude au travail : adoptez le « coworking » !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Qu’ils soient architectes, entrepreneurs ou journalistes, de plus en plus nombreux sont les travailleurs indépendants à préférer la convivialité des espaces de travail collaboratifs dit « coworking spaces », à leur propre domicile. Ainsi à Paris, La Cantine accueille chaque jour de nombreux travailleurs, désireux de nouer de nouveaux contacts tout en conservant leur indépendance. Explication sur le coworking à la française.

Assis sur des canapés confortables, de jeunes entrepreneurs échangent des informations autour d’un café. Dans la pièce voisine, une dizaine de personnes pianotent sur leurs ordinateurs dans une atmosphère plus studieuse. A l’étage, une salle de réunion attend d’être investie. Nous ne sommes pourtant ni dans une cafétéria étudiante, ni même dans une entreprise aux allures de loft, mais bien à La Cantine*, le tout nouveau lieu de référence pour les travailleurs indépendants à Paris.

Crée en 2008 à l’initiative de l’association Silicon Sentier dont l’objectif est de contribuer au développement de l’innovation, de la croissance et de l’emploi, La Cantine est l’un des premiers lieux de coworking en France. Ses fondateurs se sont directement inspirés du concept des « Jellys» américains, autrement dit, « l’ouverture d’appartements à une communauté de travailleurs indépendants », comme nous l’explique Nathanaël Sorin Richez, membre de l’association et animateur du lieu.

la cantine

Depuis deux ans, cet espace de travail situé au cœur de Paris, donne plus particulièrement l’opportunité à tous ceux qui exercent une activité comme indépendant de profiter de l’émulation ambiante et d’en finir avec l’isolement de leur domicile. Seule condition : apporter son propre ordinateur.et autre matériel de travail. Outre sa cafétéria et ses canapés avenants, la cantine propose ainsi une dizaine de bureaux à partager dans une pièce commune, ou encore deux espaces de réunion à la disposition des professionnels qui n’auraient pas les ressources nécessaires pour accéder aux lieux de réunion et de travail existants à Paris.

Assise au milieu des autres travailleurs, Elise, une jeune stagiaire, témoigne. « Je viens régulièrement à La Cantine sous les recommandations de mon maître de stage, qui n’a pas de bureau fixe pour m’accueillir. Cela me permet également de sortir de chez moi et de voir du monde ». A côté d’elle, Jonathan un canadien à l’origine d’un site internet sur le droit environnemental au Canada, avoue : « j’avais commencé par travailler tout seul depuis mon domicile, mais la solitude me rendait fou » . Lorsqu’il est en France, le jeune homme se rend ainsi deux à quatre fois par semaine à La Cantine.

Vous souhaitez commencer un travail à domicile ? Nous avons une offre pour vous

Une aubaine pour les acteurs du numérique

Bien qu’il reste accessible à tous profils de travailleurs, le coworking s’intéresse avant tout à l’échange de compétences et la présentation de projets et de thématiques orientées vers les Technologies de l’information et de la communication (TIC). En témoignent par exemple, les nombreux événements régulièrement organisés à La Cantine, comme des ateliers techniques à destination des communautés de développeurs, des événements communautaires pour les entreprises du web, du mobile et de l’open source, ou encore des sessions de réflexion sur les technologies nouvelles (mondes virtuels, identité numérique, apports sociaux des nouvelles technologies, etc.).

la cantine

Parmi les indépendants qui fréquentent La Cantine, il n’est donc pas rare de croiser de jeunes entrepreneurs dont les projets sont plus particulièrement tournés vers le numérique, à l’instar de Laurent, co-fondateur du site submate.com, une plateforme destinée aux rencontres en milieu urbain. Tranquillement installé dans un fauteuil, ses écouteurs aux oreilles, on sent que le jeune homme est un adepte. Et pour cause il vient presque tous les jours à La Cantine depuis le mois de février. C’est d’ailleurs lors d’une « Startup weekend » organisée à La Cantine que Laurent a monté la sienne. « J’y ai même rencontré mes collaborateurs et j’ai organisé, ici même, plusieurs rendez-vous professionnels» .

Pour autant, l’espace de travail n’est pas gratuit. Réserver un poste de coworking revient à 7 euros la demi-journée, 10 euros la journée et 250 euros au mois par personne, café compris. Des tarifs sont également appliqués pour la réservation des salles de réunion. Encore peu développés en France, à l’inverse de pays comme l’Allemagne, des Etats-Unis ou encore du Canada, les espaces de coworking tendent tout de même à se multiplier. Déjà, d’autres projets d’espaces de coworking sont soutenus par l’association Silicon Sentier et devraient voir le jour à Nantes, Toulouse, Rennes, Toulon, Marseille, ou encore Strasbourg.

*http://lacantine.org/

M.B.

Vous cherchez un travail à domicile sérieux ?

Recevez rapidement une offre de travail à domicile en cliquant ici

OUI JE VEUX !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail
2 réponses
  1. Maxi-me dit :

    Hello,
    Un mot pour signaler une initiative intéressante : Dojocrea . C’est non seulement un espace de coworking mais aussi un réseau de pépinières d’entreprise qui propose des bureaux pas cher sur Paris (320 ? HT/mois), le tout sans durée d’engagement, sans caution, et sans frais d’entrée.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *