Travail à domicile : les pièges et arnaques à éviter

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Que vous soyez déjà actif ou que vous soyez demandeur d’emploi, vous avez peut-être déjà eu envie de travailler à domicile pour gagner votre vie ou même pour vous assurer un complément de revenus. En effet, avec l’explosion d’Internet, de nombreuses entreprises acceptent désormais des collaborateurs qui travaillent depuis chez eux. Mais, si la majorité d’entre elles propose des offres d’emploi sérieuses, arnaques et escroqueries sont également au rendez-vous du Web. Le plus souvent, ces dernières sont vendues comme un moyen simple et rapide de se faire beaucoup d’argent. Voici donc quelques pièges à éviter si vous ne souhaitez pas que votre activité à domicile puisse se transformer en réel cauchemar.

Les systèmes pyramidaux mis en place par des sociétés de vente

Interdite en France depuis 1953, la vente pyramidale est tout de même souvent proposée sur la Toile. Il faut dire que le faible montant de l’escroquerie pour chaque individu mais également le fait que les victimes deviennent, en quelque sorte, complices de l’arnaque est tel que les systèmes pyramidaux sont peu poursuivis en justice.

Pourtant, intégrer ce système est très dangereux. En effet, nombreux sont ceux qui ont déjà été tentés d’intégrer un tel réseau de vente moyennant un abonnement (moins de 100€ en général) et l’espérance de gagner beaucoup d’argent en vendant un produit censé être révolutionnaire. Néanmoins, ce système pyramidal permet surtout à ses créateurs de gagner gros via le système de parrainage des nouveaux vendeurs. Ainsi, si vous recrutez un nouveau vendeur, vous remportez une partie de son abonnement et de ses ventes, tout comme votre parrain, le parrain de votre parrain, …

Concrètement, avec ce système, ce n’est pas là l’activité commerciale en elle-même qui permet de gagner de l’argent mais bien votre ancienneté dans la pyramide. Ainsi, plus vous êtes proche de sa base, plus vous gagnez et ceci en ne faisant parfois rien.

Vous souhaitez commencer un travail à domicile ? Nous avons une offre pour vous

La mise sous pli ou emballage de colis

Il n’est pas rare de découvrir sur le web des annonces proposant à des particuliers une activité de mise sous pli ou d’emballage de colis. Cela peut-être un moyen facile de gagner de l’argent pour des personnes n’ayant que peu d’expérience professionnelle et pas de diplôme.

Néanmoins, faites bien attention à ce que l’annonce dise ce que vous devrez mettre sous pli ou bien que vous aurez un droit de regard sur le contenu. En effet, certains petits malins n’ont pas hésité à faire appel à des particuliers pour empaqueter de la drogue, des armes ou bien encore des produits de contrefaçon. Très dangereux donc…

A noter également que l’activité de réception de colis est à éviter absolument. En effet, il serait malvenu que des produits contrefaits ou de la drogue circulent avec comme adresse celle de votre résidence principale. Surtout que vos clients sauront rester très silencieux en cas de saisie par les douanes…

L’absence d’interlocuteur professionnel

Quelle que soit votre activité, le travailleur à domicile devra également porter une attention importante à ses clients. Ainsi, si lors du premier contact, vous avez le moindre doute quant à l’honnêteté de votre client, faites attention ! En effet, certains clients ont pris l’habitude de travailler avec des prestataires indépendants et de ne pas les payer voire même de les payer avec de l’argent provenant de comptes bancaires piratés.

Si ces clients sont tout de même rares, veillez quand cela est possible à avoir une entrevue avec votre client avant de collaborer avec lui ou bien renseignez-vous sur son professionnalisme. Bien entendu, cela n’est pas justifié lorsque votre interlocuteur appartient à une société ayant pignon sur rue. N’hésitez d’ailleurs pas à vérifier l’existence de ladite structure sur des sites tels societe.com

Voilà donc quelques-uns des écueils à éviter lorsque vous travaillez à domicile. Néanmoins, le secteur du travail à domicile n’est pas plus enclin aux arnaques que les autres secteurs. Aussi, il ne sert à rien de se laisser aller à la paranoïa, un brin de méfiance devrait suffire…

Jérôme DAJOUX

Vous cherchez un travail à domicile sérieux ?

Recevez rapidement une offre de travail à domicile en cliquant ici

OUI JE VEUX !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail
1 réponse
  1. Orchydelya dit :

    Bonjour,

    Concernant le paragraphe « les packs de démarrage des vendeurs à domicile indépendants (VDI) », je tiens à signaler cette précision tirée directement du site de la Fédération de Vente Directe (FVD) :

    « Les outils commerciaux
    Au démarrage de l’activité et tout au long de la relation contractuelle, l’entreprise prêtera ou proposera l’acquisition d’outils d’aide à la vente, des collections et, pour les VDI acheteurs-revendeurs un stock de marchandises.

    La malette de démonstration ou kit de démarrage : ce kit permet au vendeur de commencer son activité. Il contient par exemple des échantillons, des catalogues, des outils d’aide à la vente, les tarifs (le cas échéant uniquement conseillés) et les bons de commande client. Sont contenu sera à renouveler régulièrement.

    Les collections : dans certains secteurs d’activité (textile, bijoux…) les entreprises proposent aux VDI de travailler avec des collections qui sont renouvelées plusieurs fois par an. L’entreprise doit informer le vendeur des modalités de fonctionnement qu’elle a mise en place pour ces collections. Elles peuvent être prêtées ou vendues, avec possibilité de les acquérir gratuitement si un Chiffre d’Affaires minimum a été réalisé sur une période donnée par exemple.

    Les stocks de marchandises : le VDI acheteur revendeur va être amené à constituer un stock de marchandises qui lui appartiendra (stock dont le volume doit rester raisonnable et cohérent avec la capacité de distribution du vendeur). Il bénéficie alors, en application de l’article L.122-6, 2° du Code de la consommation, d’une garantie légale de reprise des marchandises invendues à au moins 90 % de leur valeur d’acquisition, sur une période d’un an minimum. »

    Il est donc nullement dit que l’achat d’un kit est illégal ou démontre que les « collaborateurs ne sont pas clean ou ne sont pas convaincus de leurs produits ». Et les entreprises qui proposent justement « l’acquisition » (= achat) d’un kit et qui sont adhérentes à la FVD vendent très bien leurs produits…

    Cette remarque est faite pour éviter les généralités.

    Il suffit de se renseigner sur le site de la FVD [Fédération de Vene Directe (http://www.fvd.fr/)] ; sur ce site, vous trouverez toutes les informations légales sur la vente directe, la liste des sociétés adhérentes ; et enfin pour info, cet organisme a également signé un accord le 27 septembre 2010 avec le Pôle Emploi.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *