Combien peut-on espérer gagner en tant qu’auto-entrepreneur ?

2 392 vues

Alors qu’il présente de multiples avantages pour les créateurs d’entreprises de par sa souplesse et sa facilité, le régime de l’auto-entrepreneur est largement considéré comme le vilain petit canard. On le montre du doigt, on l’accuse, on veut l’anéantir, alors même qu’il permet à de nombreuses personnes de se maintenir en activité. Au premier rang des accusés, la faiblesse du chiffre d’affaires des auto-entrepreneurs qui sont devenus les nouveaux pauvres de l’entreprenariat.

Qu’en est-il en réalité ? 

Ce que les chiffres en disent

Selon plusieurs études publiées par l’INSEE en février et septembre 2012, le chiffre d’affaires moyen des auto-entrepreneurs est de 1 000 euros par mois. 90 % des chiffres d’affaires réalisés sont donc inférieurs au SMIC pour l’année 2011. Une fois les charges enlevées, cela revient à dire que la majorité des auto-entrepreneurs vit en dessous du seuil de pauvreté. Ce chiffre peu flatteur est toutefois à nuancer puisque, parmi les chefs d’entreprise ayant opté pour ce régime, certains ont un chiffre d’affaires quasi nul, pendant que d’autres n’y voient qu’un complément de revenus. Notons d’ailleurs que 40% d’entre eux ne démarreront jamais leur activité.

Les plafonds fixés par l’État, soit 83 200 euros pour la vente de marchandises et 33 300 euros pour les prestations de service, sont donc loin d’être atteints. Mais comment est-il possible de développer son activité quand on est limité par des plafonds aussi bas ?

Le bilan est donc en demi-teinte, mais il convient de ne pas céder au découragement, car il existe parallèlement à cela des auto-entrepreneurs qui réussissent et qui se servent du régime comme d’un tremplin pour passer au régime réel.

Vous souhaitez commencer un travail à domicile ? Nous avons une offre pour vous

Prestations de service contre activités commerciales

Les auto-entrepreneurs ne sont pas égaux devant les charges qu’ils paient, mais aussi devant leurs frais de fonctionnement. En effet, il apparaît évident qu’une personne qui fait de la prestation de service et qui n’a aucun frais de fonctionnement, son ordinateur étant son unique outil de travail, aura en fin de mois un meilleur revenu qu’un e-commerçant.

Il est donc encore une fois délicat de faire des généralités et de considérer les auto-entrepreneurs comme des entrepreneurs de bas étage.

Quels secteurs pour quels chiffres d’affaires ?

Toujours dans son étude parue en 2012, l’INSEE a mis en avant les domaines d’activités qui atteignent le meilleur chiffre d’affaires mensuel.

Le grand vainqueur est le secteur de la restauration avec 1 460 euros, suivi de près par la construction avec 1 310 euros. Quant aux secteurs qui génèrent les chiffres d’affaires les plus bas, on relève : l’enseignement, la santé et l’action sociale avec 725 euros, l’industrie avec 720 euros et les services aux ménages avec 690 euros.

Petit bémol toutefois car, comme nous l’avons déjà rappelé dans cet article, le chiffre d’affaires n’est pas égal au revenu réel et il faut lui retirer des charges variables selon les activités.

Du positif ?

Pour faire taire les détracteurs du régime de l’auto-entrepreneur, la FEDEA met enfin en avant des chiffres bien plus réjouissants. En effet, 60% des auto-entrepreneurs sont encore en activité depuis leur création et plus de 70 000 basculent chaque année dans le régime réel.

Alors, est-il opportun de parler sans cesse de précarité dès que le régime de l’auto-entrepreneur est évoqué ? N’est-il pas évident qu’il contribue autant qu’une autre entreprise au dynamisme économique de notre pays ? La précarité ne résiderait-elle pas finalement dans le chômage et l’inactivité ?

Emmanuelle COLLIN – Virtual Papyrus

Vous cherchez un travail à domicile sérieux ?

Recevez rapidement une offre de travail à domicile en cliquant ici

OUI JE VEUX !

4 réponses
  1. Nadège dit :

    Bonjour ,

    Je viens vers vous pour vous demander comment faire pour contacter des personnes à partir des newletters que vous me faites parvenir . Merci

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *