Guide Création de business

Les 6 points essentiels d’un bon business plan

4-1 Financement – Le business plan

4-1-1 À quoi cela sert ?

Vous vous demandez peut-être à quoi cela sert de faire un business plan ?  Et bien maintenant que vous savez exactement quel type d’entreprise vous allez créer. Il est temps de mettre sur papier ce que vous allez faire et d’en expliquer les principes.

Votre business plan vous servira entre autres à prouver à votre banquier ou à vos futurs investisseurs qu’ils ont toutes les raisons du monde de vous faire confiance et de croire en votre projet au moment où il faudra sortir l’argent.

Nous vous conseillons de rédiger plusieurs business plans.

• Un pour vous-même, pour vous assurer de votre stratégie et de vos objectifs
• Un pour votre banque ou d’éventuels investisseurs, votre business plan sera cette fois-ci rédiger de manière à convaincre de la viabilité du projet.   


4-1-2 Rédaction du business plan

Attaquons-nous maintenant à la rédaction de votre business plan. Nous allons vous guider étape par étape pour que la réalisation de ce dernier se passe avec simplicité et efficacité.

Les éléments à prendre en compte sont:

L’estimation du chiffre d’affaires généré par mois 


Cette estimation est faite en fonction des tests produits que vous avez faits dans le chapitre 2 “Tester son produit avant de le lancer”.

Si  vous n’avez pas fait l’étape de test, il va être plus délicat d’évaluer le chiffre d’affaires potentiel que vous allez générer. Nous vous conseillons donc de reprendre le chapitre 2 de ce guide et de tester votre produit sur 15 jours.

La marge que vous faites sur toutes les ventes de vos produits.


La marge brute de vente d’un produit correspond la différence entre son prix de vente et son prix d’achat.

Nous conseillons fortement de ne pas avoir un taux de marge de vente en dessous de 30%.

Pour calculer votre taux de marge, il vous suffit de faire le calcul suivant:

Taux de marge (%) = (Marge brute x 100) / Prix vente HT

• Les charges fixes

Ce sont tous les frais de fonctionnement nécessaire à votre activité. Nous vous donnons une liste avec quelques prix à titre d’ exemple

• Expert comptable: 1500 € par an
• Location d’un local : 600 € par mois
• Banque: 300 € par an
• Site internet: 1000 à 2000 € la première année
• Hebergement du site internet:  50 € par an
• E-mailing: 50 € par mois
• Administratif : 300 € la première année
• Campagne AdWord & Facebook : 100 € par mois
• Fournitures, abonnement internet, téléphone: 100 € par mois
• Déplacement: 50 € par mois
• ….

• Les charges variables

Il s’agit ici de tous les frais qui vont varier en fonction de vos ventes.

Par exemple: Les commissions bancaires sur les achats en ligne, les frais de port pour  les envois de produits en physique …

• Les salaires

Pour avoir une bonne représentation de ce que les salaires vont couter globalement ( avec charges sociales patronales et salariales ) à l’entreprise. Vous devez prendre les salaires en Net et les multiplié par deux.

• Les impôts et taxes

Comptez 33 % du bénéfice si vous êtes en SARL ou EURL par exemple.

Pour calculer un bénéfice, il suffit de faire le calcul suivant:

Bénéfices = Marge brut – ( Charges fixes & variables + Salaires )

[sociallocker id= »55313″]

4-1-3 Faire un résumé du Business plan

Ce résumé ne doit pas dépasser une page et apparait en tout début du business plan. Il est destiné à convaincre sur la viabilité de votre projet. Ce résumé doit être vendeur, allez à l’essentiel, en une minute la personne qui le lit doit avoir envie de vous suivre.

Ce résumé va décider si oui ou non, votre banque ou vos investisseurs vont vous suivre. Cette partie est donc à soigner tout particulièrement. N’hésitez pas à faire vivre le texte en faisant ressortir les informations importantes et en illustrant vos propos avec des éléments graphiques clés de votre business plan.

4-1-3 exemple de business plan d’un concepteur de site web indépendant en EURL

Dans l’exemple qui suit, vous trouverez le business plan d’un concepteur de site web indépendant qui a choisi comme forme juridique le statut EURL.

Il est gérant non-salarié de son entreprise c’est-à-dire que pour avoir une bonne représentation de ce que son salaire va lui couter globalement, Nous prenons son salaire net de 2000 € par mois auquel on ajoute 33 %.

Notre indépendant du web part avec l’idée de vendre 4 sites internet par mois pendant 11 mois, car tout le mois d’aout, il prend des vacances bien méritées.

Il n’a pas de cout d’achat du produit qu’il vend, c’est pourquoi sa marge est de 100%.

Bien évidemment, j’ai réalisé ce business plan moi même pour vous faire un exemple. Mais il a été fait sérieusement avec des données réelles, et ce business plan pourrais très bien vous servir si vous  voulez faire une activité similaire en indépendant avec le statut EURL.

Vous pouvez télécharger ce document pour mieux l’étudier.

exemple business plan prestation web avec explications

 

Raphaël

[/sociallocker]

Besoin d’aide ?
Je répond à vos problèmes en séance de coaching

raphael

Raphaël

Spécialiste du web et de la vie d’entrepreneur

Webmaster
& Entrepreneur

Contactez-moi pour créer votre entreprise & optimiser sa gestion.

Je peux aussi vous former à maitriser internet.

Plus de détails
sur ce coach

Prendre
rendez vous

Entrepreneur, choisissez bien le statut juridique de votre entreprise

skyline-buildings-new-york-skyscrapers-large

coaching

Voilà la nouvelle étape de la création de votre entreprise. Vous devez absolument anticiper quel statut juridique vous allez adopter pour pouvoir continuer.

Dans votre nouveau projet, vous avez commencé par chercher le bon produit à vendre, vous avez ensuite testé ce produit afin de vous assurer que celui-ci pouvez bien intéresser du monde.

Vous pensiez peut-être que la prochaine étape était de calculer le cout de lancement de votre entreprise et de commencer à faire votre business plan.

Et bien non, pour mettre en place votre business plan, vous avez impérativement besoin d’avoir une idée de quelle forme juridique vous voulez adopter.

Effectivement, en fonction du statut que vous allez prendre ( Autoentrepreneur, SARL, EURL … ) votre imposition ne sera pas la même et il est impératif que vous anticipiez les frais que cela va impliquer pour vous et votre entreprise. Votre futur en dépend.

Il se peut que vous soyez perdu devant tous les différents statuts proposés. C’est normal, tout le monde a cette sensation au moment d’arriver à cette étape.

Nous allons vous aider dans ce chapitre à y voir plus clair sur les différentes possibilités qui s’offrent à vous.

3-1 Le statut d’autoentrepreneur

Le régime d’autoentrepreneur est idéal pour créer ou tester une nouvelle activité. Les formalités d’inscription sont simples.

Pour devenir autoentrepreneur, il faut que votre chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas 32 900 euros (pour une activité de service ou artisanale) et 82200 euros (pour une activité d’achat revente)

Vous pouvez cumuler le statut d’autoentrepreneur à une activité de salarié. En conséquence, si vous avez un travail et souhaitez le conserver le temps que votre nouvelle activité génère suffisamment de revenus pour en vivre, vous pouvez le faire.

Le fonctionnement

En autoentrepreneur, vous ne facturez pas la TVA, vos factures sont hors-taxes, mais vous ne pouvez pas non plus récupérer la TVA que vous avez dépensée sur vos achats. En gros, vous ne pouvez pas déduire vos frais de fonctionnement.

Vous êtes considéré comme travailleur indépendant salarié, vous ne cotisez donc pas à l’assurance chômage. De plus, vos trimestres de retraite ne sont pas systématiquement validés. Il faut, pour valider 4 trimestres de retraite, réaliser un chiffre d’affaires minimum de 11532 € sur un an.

Inscription

Pour vous inscrire, il suffit d’aller sur le site lautoentrepreneur.fr et déclarer votre activité dans l’onglet « Adhérer au régime ».

Déclaration du chiffre d’affaires et paiement des charges.

La déclaration de votre chiffre d’affaires et le paiement de vos cotisations sociales se font en ligne sur le site de l’autoentrepreneur. Chaque trimestre ou chaque mois, vous indiquez le montant du chiffre d’affaires que vous avez réalisé ainsi que le montant des charges que vous devez payer.

coaching

3-2 Les statut SARL / EURL

Les SARL / EURL sont des Société ou Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée. Les démarches pour la création d’une SARL ou EURL sont plus importantes que pour l’inscription au statut d’autoentrepreneur.

La SARL et l’EURL sont assujetties à la TVA. Vous facturez la TVA et pouvez récupérer celle dépensée lors des achats de votre société. L’EURL nécessite des formalités administratives plus importantes.

Si votre chiffre d’affaires ne dépasse pas 32900€ (pour les services) ou 82 200 euros (pour l’achat et la vente), nous vous conseillons de prendre ou rester avec le statut d’autoentrepreneur, car celui-ci présente moins de contraintes administratives.

Le fonctionnement

La SARL et l’EURL nécessitent l’apport d’un capital social de départ (au minimum 1 euro) fixé en fonction de la taille de l’activité et des besoins en capitaux. La SARL ou EURL est également soumise à une vraie comptabilité. La responsabilité du dirigeant est limitée aux montants de ses apports. En conséquence, en cas de défaillance, les créanciers ne peuvent pas se rembourser sur ses biens personnels.

Inscription

L’immatriculation d’une société en SARL ou EURL se fait au Centre de Formalités des Entreprises de la chambre de commerce et d’industrie de votre région. Vous retrouverez toutes les formalités d’inscription sur le site apce.com -> onglet “choisir un statut juridique” -> onglet “Les sociétés” -> SARL ou EURL

Régime fiscal

Au niveau fiscal, la rémunération est constatée au niveau de la société, mais elle doit être déclarée annuellement dans votre déclaration de revenus dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Tout comme avec le statut d’autoentrepreneur, vous êtes considéré comme travailleur indépendant salarié et vous ne cotisez donc pas à l’assurance chômage.

Imposition

Il est difficile de définir le montant des charges sociales pour l’EURL. Il est cependant coutume de parler de 30 à 50% de charges sociales sur le résultat brut.

coaching

[sociallocker id= »55313″]

3-3 Le statut SAS ou SASU

La SAS ou SASU (Société par Actions Simplifiées ou Société par Actions Simplifiées à Associé Unique) est assez similaire à la SARL ou l’EURL dans son fonctionnement.

La SAS ou SASU est la forme de sociétés qui se développe le plus ces dernières années. La SAS ou SASU permet de faciliter l’entrée d’investisseurs.

Cette forme juridique est conseillée pour les sociétés visant une croissance très rapide et une entrée d’investisseurs (business angels et fonds d’investissement) dans leur capital à court ou moyen terme.

Fonctionnement

La SAS ou SASU est obligatoirement dirigée par un président. Contrairement à la SARL ou ’EURL, le capital d’une SAS ou SASU est composé d’actions et aucun capital minimum n’est
prévu. Le capital de la SAS ou SASU peut être composé d’apports en sommes d’argent, d’apports en nature, ainsi qu’en industrie.

Inscription

Pour créer une SAS ou SASU, il faut déposer un dossier d’inscription au Centre de Formalités des Entreprises de la chambre de commerce et d’industrie de votre région.

Vous trouverez toutes les formalités d’inscription sur le site apce.com -> onglet “choisir un statut juridique” -> onglet “Les sociétés” -> SAS / SASU

Régime fiscal

Au niveau de l’imposition des bénéfices, la SAS ou SASU est imposable à l’impôt sur les sociétés.

Contrairement à l’autoentrepreneur, la SARL et à l’EURL, en tant que président de
la SASU, vous relevez du régime général de la sécurité sociale et vous ne serez donc pas un travailleur non-salarié affilié au régime des indépendants.

Cependant, vous n’aurez pas le droit aux allocations chômage si votre entreprise est en difficulté.

Imposition

Deux taux d’imposition sont en vigueur, en fonction des bénéfices et d’un seuil de chiffre d’ affaires.

Si le chiffre d’affaires annuel hors-taxe de la société est supérieur ou égal à 7 630 000 €, l’imposition est de 33,33% sur le montant du bénéfice net.

Si le chiffre d’affaires annuel hors-taxe de la société est inférieur à 7 630 000
€ , il y a deux cas de figure:

Dans le cas où le capital de la société a été entièrement versé ou libéré par
les associés et est détenu pour 75% au moins par des personnes physiques
(ou par une autre entreprise répondant aux mêmes conditions), l’imposition
sera de 15 % jusqu’à 38120 euros, puis 33,33 % pour le reste de ses bénéfices.

Si le capital de votre société n’a pas entièrement été versé par les associés
ou est détenu pour moins de 75% par des personnes physiques, l’imposition
sera de 33,33 % pour l’ensemble de ses bénéfices.

3-4 Cooperative d’activités et d’emploi

Une coopérative d’activités et d’emploi (CAE) vous permettra de tester votre activité en toute sécurité. Dans une CAE, vous avez un statut « d’entrepreneur salarié » qui vous permet de percevoir un salaire et de bénéficier de la couverture sociale d’ un salarié classique .

Les CAE sont constituées sous forme de société coopérative de type SARL, SAS ou SA, dont les associés majoritaires sont les salariés. Leur fonctionnement est assuré par un gérant et des chargés de mission. Chaque mois, il est demandé aux salariés entrepreneurs d’assister à une réunion sur la gestion de la CAE.

Les CAE s’adressent à toute personne qui ne souhaite pas créer d’entreprise dans l’immédiat et qui préfère tester leur nouvelle activité. Vous pouvez intégrer une CAE si vous êtes salarié en CDI ou CDD, demandeur d’emploi et même autoentrepreneur.

Fonctionnement

Les CAE proposent :

Un cadre juridique (un numéro de TVA et une immatriculation au
Registre du commerce et des sociétés),

Un statut d’entrepreneur-salarié en CDI

Une gestion administrative de l’activité incluant la tenue d’une comptabilité, le calcul et versement des salaires, une possibilité d’échange avec les autres entrepreneurs-salariés et un accompagnement.

Pour l’ensemble de ces services, vous devez verser 10% de votre chiffre d’affaires hors taxes à la CAE dès l’émission de votre première facture de vente. Vous êtes libre de négocier avec vos clients la nature de vos prestations, leurs durées et vos tarifs. Vos factures mentionnent les coordonnées de la CAE .

Chaque mois, vous percevrez un salaire sur lequel sont déduits les honoraires de la CAE ainsi que les cotisations sociales patronales et salariales.

Inscription

Pour vous inscrire, vous devez assister à une réunion de présentation. Un entretien individuel vous est ensuite proposé à l’issue duquel une convention d’accompagnement pourra être signée si votre projet rentre dans les critères de la CAE.

Pendant une durée non définie, vous devez tester votre activité en conservant votre statut initial. (Auto-entrepreneur ou salarié par exemple).

Si votre activité se développe et qu’elle génère un montant de chiffre d’affaires
suffisant, il vous est proposé de signer un contrat de travail CDI avec la CAE.

Vous devenez alors « entrepreneur salarié ». Votre temps de travail ainsi que
votre rémunération sont établis en fonction de votre chiffre d’affaires prévisionnel.

Votre contrat de travail est modifié chaque mois en fonction de l’évolution
de votre chiffre d’affaires. Des avenants au contrat de travail précisent la
durée du travail ainsi que la nouvelle rémunération.

Régime fiscal

Vis-à-vis de la CAE, vous êtes un salarié classique qui dispose d’un contrat de travail CDI évolutif en fonction du chiffre d’affaires généré. Vous bénéficiez des mêmes droits qu’un salarié et vous cotisez à l’ASSEDIC.

3-5 Conclusion :

À travers ce chapitre, vous pouvez donc voir que chaque statut correspond à un profil d’activité bien précis. Nous vous conseillons avant d’adhérer à un de ces statuts de bien confirmer ce que vous souhaitez faire exactement avec votre nouvelle activité.

Le choix d’un statut ne doit pas être fait à la légère, car celui-ci peut avoir des répercussions très fortes pour votre avenir et celle de votre société.

Si vous avez encore quelques doutes, n’hésitez pas à prendre contact et à vous faire conseiller par un professionnel tel qu’un expert-comptable.

Raphaël

[/sociallocker]

Besoin d’aide ?
Je répond à vos problèmes en séance de coaching

raphael

Raphaël

Spécialiste du web et de la vie d’entrepreneur

Webmaster
& Entrepreneur

Contactez-moi pour créer votre entreprise & optimiser sa gestion.

Je peux aussi vous former à maitriser internet.

Plus de détails
sur ce coach

Prendre
rendez vous

La TO DO LIST : Tester son business avant de le lancer

to do list

Nous voilà arrivés à la fin de cette étape dans le processus de création de votre business. Cette étape qui détermine s’il existe une demande autour de votre futur produit et qui vous amène à fixer son prix.

Cette étape est indispensable pour ajuster votre offre future et effectuer des réglages sur ce que vous allez proposer à votre public.

Cette To do list doit vous servir de guide. Il est également préférable que vous validiez toutes les étapes avant de continuer la création de votre business.

Tant que toutes les étapes ci-dessous ne sont pas remplies, alors nous vous invitons à réfléchir à votre offre ou votre produit et à le repenser pour que celui-ci s’adapte au mieux aux exigences du marché.

Bonne analyse à tous, on se retrouve une fois que vous avez tout validé dans le prochain chapitre qui vous guidera pas à pas pour le choix de statut juridique que vous aurez à adopter pour votre future activité.

[sociallocker id= »55313″]

1- Vérifiez qu’il existe bien une demande autour de votre futur produit

1-1 Méthode 1:

Créez un produit gratuit ou très bon marché en relation avec votre produit et vendez-le sur internet ou en boutique. En fonction du résultat des ventes, fixez le prix de vente de votre produit ou alors cherchez un nouveau produit.

1-2 Méthode 2:

Testez votre produit en suivant le processus de test du chapitre 2-2. En fonction du résultat des ventes, fixez le prix de vente de votre produit ou alors cherchez un nouveau produit.

2 – Pour fixer le prix de vente de votre produit, posez-vous la question: est-ce que mon produit à quelque chose de plus que les autres et est-il réellement efficace ?

 – 2-1 Si la réponse est oui:

Envisagez de fixer un prix de vente au-dessus des prix moyens du marché.

     – 2-2 Si la réponse est non:

Vendez votre produit à bas prix et remplacez-le lorsqu’il n’est plus rentable par un produit similaire, mais présenté d’une autre manière.

– 2-3 Si la réponse est ni oui ni non:

Alors partez du principe que votre produit n’a rien d’original, mais qu’il fonctionne bien. Le vendre à un prix moyen semble être une solution correcte.

[/sociallocker]

Raphaël

 

Comment fixer le prix de vente de votre produit ?

Fixer le prix de vente de votre produit

2-3 Fixer le prix de vente de votre produit

En y réfléchissant bien, c’est dans la gamme de prix moyen qu’il y a le plus de produits et que la concurrence est la plus importante.

Par exemple, quand on arrive au supermarché pour acheter de la lessive, il y 10 produits avec  un prix autour de 10 euros l’unité. 2 ou 3 produits vont se démarquer en étant à 15 euros et il y a généralement 1 ou 2 produits discount dont le prix est autour de 5 euros. Cet exemple est certes simple, mais il peut être appliqué à plein d’autres marchés …

Nous partirons du principe que les produits qui ont un prix bas ont une durée de vie faible.

En effets, ces produits ont un succès qui repose en partie sur leur prix, et tôt ou tard il y aura un produit similaire qui verra le jour et qui sera encore moins cher. Le premier produit disparaitra, car il ne sera plus rentable. Soit parce qu’il ne se vendra plus, soit parce qu’il faudra baisser son prix et que la marge sur les ventes n’existera plus.

En résumé donc, si vous choisissez d’aligner le prix de vente de votre produit avec les prix moyens du marché, votre produit risque de ne pas se vendre très bien et en plus vous ne ferez pas de belles marges sur les ventes. Si vous décidez de pratiquer des prix de vente bas, votre produit se vendra bien dans un premier temps, mais il risque aussi de disparaitre vite du jour au lendemain.

[sociallocker id= »55313″]

En partant de cette analyse, on peut donc penser qu’il y a certains avantages à pratiquer des prix plus élevés que la concurrence et à faire du haut de gamme. Ces avantages sont les suivants:

• Vous avez à vendre moins de produits pour rentrer dans vos frais
• Vous attirez une clientèle haut de gamme
• Vous augmentez vos marges.

Cependant, si vous avez dans l’idée de pratiquer des tarifs hauts, il faudra les justifier par une qualité du produit irréprochable et une valeur ajoutée qu’on ne trouve nulle par ailleurs.

En conclusion :

Si vous pratiquez des prix bas, vous vous condamné sans doute à être obligé de créer un nouveau produit tout les x laps de temps pour remplacer l’ancien.
Si vous pratiquez des prix moyens, vous serez soumis à une grosse concurrence, donc vous devrez faire de gros efforts sur la publicité et la communication pour rester visible.
Et si vous pratiquez des prix hauts, vous devrez justifier ces derniers par un produit unique et d’excellente qualité.

Alors voilà la question que vous devez vous poser avant de fixer le prix de vente que vous allez pratiquer.

Est-ce que mon produit a quelque chose de plus que les autres et est-il réellement efficace ?

Si vous répondez oui, alors vous pouvez envisager de fixer un prix élevé de vente.
Si vous répondez non, vous pouvez le vendre à bas prix et le remplacer le moment venu par un produit similaire, mais présenté d’une autre manière.
Si vous pensez que votre produit n’a rien d’original, mais qu’il fonctionne bien. Alors, il faudra penser à le vendre à un prix moyen.

[/sociallocker]

Raphaël

 

Ressources : Comment créer un site internet facilement ?

Ressources:
Création de votre site internet

Pour créer votre site internet, il existe beaucoup d’outils en ligne qui ne demande pas spécialement d’être programmateur ou développeur web.

• Parmis ces outils, nous conseillons fortement WordPress, autant pour les débutants que pour les personnes confirmé car cela offre une solution facile à mettre en place.

Il vous suffit de:

– choisir votre nom de domaine.
– choisir votre design parmi des dizaines de thèmes gratuits ou payant.
– Après un petit temps d’adaptation, vous saurez parfaitement comment éditer votre texte publicitaire, créer vos boutons d’appel à l’action et créer votre formulaire de capture d’email.

Pourquoi WordPress ?

Car vous aurez beaucoup de souplesse et d’options pour la création de vos pages. Des thèmes utilisés dans le monde entier, comme Optimizepress ou Enfold, sont spécialement conçu pour offrir un résultat totalement professionnel.
Vous pourrez analyser les résultats de votre site à l’aide de l’outil Google analytics qui de part sa précision, vous permettra d’optimiser à souhaiter votre stratégie web marketing.

Vous souhaitez passer par une solution wordpress pour la creation de votre site mais n’avez pas les compétences nécessaire pour mener à bien vous même ce projet ?

Nous avons un service de formation et de coaching en création de site internet et pouvons vous aider.

Vous êtes interesé pour suivre une formation ?

Réservez maintenant une séance de formation digital avec Raphaël en cliquant sur le bouton ci dessous.

Prendre
rendez-vous

Création de votre campagne publicitaire

• Campagne Adword:

Pour créer une campagne publicitaire adword, nous vous conseillons de suivre la documentation Google prévu à cet effet. Vous pouvez la lire en cliquant sur ce lien:

https://support.google.com/adwords/answer/1704395?hl=fr

• Campagne Facebook ad

Pour créer votre campagne Facebook ad, cliquez sur ce lien et suivez les étapes à effectuer une par une.

https://www.facebook.com/business/

• Campagne Youtube

Pour créer une campagne publicitaire Youtube, nous vous conseillons de suivre la documentation Google prévu à cet effet.

https://support.google.com/adwords/answer/2375425?hl=fr

Vous souhaitez vous former à la création et à la gestion de campagnes publicitaires. Nous pouvons vous aider. 

Réservez maintenant une séance de formation sur la création de campagne avec Raphaël en cliquant sur le bouton ci dessous.

Prendre
rendez-vous

Raphaël

Tester son business avant de le lancer

2 Tester son business avant de le lancer

Tester son business avant de le lancer

2-1 Comment savoir si votre futur business va fonctionner ?

Vous avez enfin trouvé le produit que vous allez vendre. Mais avant de le créer, il est préférable de savoir si celui-ci a une chance de se vendre. Cela peut vous éviter de perdre du temps et de l’argent.

Dans ce chapitre, nous allons vous expliquer la technique qui consiste à vendre votre produit avant qu’il ne soit créé. Cette technique sert à confirmer que le besoin autour de votre futur produit existe.

Par exemple, vous souhaitez lancer le produit suivant: une boisson détoxe bio.

Pour voir s’il y a une demande autour de ce genre de produit, vous pouvez par exemple rédiger un petit livre de 10 pages en rapport avec votre produit. Un livre qui parle des vertus incroyables du régime détoxe par exemple.

Après avoir rédigé ce livre, vous n’avez plus qu’à le vendre à bas prix via internet, magazines spécialisés ou même en magasin bio. Si votre livre se vend en quantité, alors vous avez la preuve que le besoin et l’intérêt existent bel et bien autour de votre produit.

2-2 Test du produit

Tester votre produit va vous servir à ce que celui-ci soit mieux que les produits concurrents. Cela va également vous servir à savoir s’il a une chance de se vendre.

Le processus pour tester un produit est le suivant :

Créez un site internet de 3 pages. Ce site sera votre publicité.

– Sur la première page, rédigez votre texte de plus ou moins 500 mots. Pour vous aider, inspirez-vous de publicité que vous avez déjà vu et qui vous ont poussé à l’achat. Inspirez vous aussi des publicités de vos concurrents apparaissant en premier dans Google.

Ajoutez aussi à cette première page des témoignages de satisfaction de votre produit. Pour obtenir des témoignages de satisfaction de votre produit, distribuez une version beta de votre produit dans votre entourage et vos réseaux. Par exemple, distribué des bouteilles de votre boisson detox bio gratuitement autour de vous et récoltez les impressions au bout d’une semaine.

[sociallocker id= »55313″]

– Sur la deuxième page de votre site, mettez toutes les informations sur le prix de votre produit, les informations sur le mode de livraison et mettez un formulaire à remplir par le client pour commander le produit.

– Sur la troisième page, indiquez: “le produit en question est en commande et nous vous contacterons par la suite.”

Le processus du test est le suivant: Quand sur la première page, l’utilisateur appuie sur « acheter », il est alors orienté sur la 2eme page. En remplissant le formulaire et en cliquant sur  » Poursuivre la commande  » l’utilisateur arrive sur la 3e page qui dit que le produit en question est en commande et que vous le recontacterez par la suite.

Cette méthode permet d’analyser votre pub (1ere page) et les prix (2eme page) séparément. Si l’utilisateur arrive sur la 3e page, on peut considérer que votre produit est vendu.

Il existe aussi une autre méthode qui consiste à créer une seule page avec le texte de publicité de +/- 500 mots et un formulaire à remplir contre un produit gratuit. Vous pouvez considérer que 2 personnes sur trois ayant rempli votre formulaire peuvent devenir potentiellement un acheteur de votre produit.

Une fois que votre site internet est créé, il ne vous reste plus qu’à le mettre en ligne et à créer une campagne Google adword ou Facebook pour générer du trafic dessus. Laissez la campagne en ligne sur une durée de 5 jours et ensuite analysez les résultats qui vous diront si oui ou non votre publicité est bonne ou si votre produit peut se vendre.
[/sociallocker]

Raphaël

La TO DO LIST pour identifier un business rentable et une offre qui se démarque

Nous sommes à la fin du premier chapitre de notre guide de création d’un business. Si vous estimez que vous êtes encore en cours de réflexion par rapport à ce que vous avez lu et à la création de votre business, n’hésitez pas à prendre votre temps, à bien réfléchir. N’hésitez pas non plus à relire tout ce premier chapitre pour tenter d’y trouver des idées que vous n’auriez pas eues lors de votre première lecture.

Dans cette première partie du guide de création de business. Je vous ai décrit les étapes à suivre pour identifier un business rentable et une offre qui se démarque. 

Je vous ai montré les principaux circuits de vente d’un produit. Nous avons étudié les techniques à adopter pour trouver un marché favorable au développement d’un business.

Enfin, je vous ai donné des techniques pour trouver un produit à vendre.

Tout ceci a été un petit peu rapide ? Pas de problèmes, voilà un récapitulatif de ce premier chapitre présenté sous forme de TO DO LIST. 

Respectez toutes les étapes qui vont suivre une par une. ( ou bien, vérifiez que chacune d’entre elles a bien été respectée ) et vous augmenterez vos chances de trouver un business rentable.

todolist

La TO DO LIST Identifier un business rentable et une offre qui se démarque

1 – Choisissez votre méthode ou votre canal de vente.

1-1 Voulez vous vendre dans une boutique, avec un site internet , à l’aide d’un revendeur ou voulez vous passer par des plateformes en ligne.
Choisissez ce que vous connaissez et ce avec quoi vous êtes à l’aise.

1-2 Assurez-vous que la méthode ou le canal de vente choisi assure une bonne visibilité à votre futur produit et peu de concurrence.

1-3 En fonction de 1-2, estimez le cout moyen par mois que vous aurez à dépenser en publicité ou autres frais pour rendre votre produit visible

2 – Trouvez une niche où vous allez vendre votre produit

2-1 Si vous savez déjà quel produit vous voulez vendre, passez à l’étape 3

2-2 Suivre la méthode “Méthode pour trouver une niche où vendre un produit” décrite dans le chapitre 1-3

[sociallocker id= »55313″]

3 – Trouvez votre produit

3-1 Si vous n’avez pas de produit:

– 3-1-1 Allez sur les marchés des pays voisins pour voir ce qu’il se fait dans votre domaine et analyser les petites différences qui fonctionnent.

– 3-1-2 Analysez le marché américain qui a de l’avance sur nous et inspirez-vous des succès d’aujourd’hui chez eux qui seront les succès de demain en France.

– 3-1-3 Trouvez un produit unique et que vous connaissez. Un produit qui ne se fait que dans la région où vous êtes. Faites-en votre spécialité. Par exemple, ouvrez une pâtisserie française au Japon.

3-2 Répondez à la question: Pourquoi votre produit est différent des autres et pourquoi il doit être acheté ? La réponse doit tenir en une phrase et elle sera votre slogan

3-3 Définissez si votre produit est un produit physique, un produit de service ou un produit d’information.

3-4 Calculer le budget nécessaire à la fabrication et au développement de votre produit.

3-5 Si votre produit est un produit de service, trouvez comment créer un deuxième produit, cette fois-ci d’information, à partir de votre expertise.

3-6 Si votre produit est physique, assurez-vous qu’il est bien compatible avec un mode de fabrication automatisé.

[/sociallocker]

Raphaël

Comment trouver le produit que vous allez vendre – Partie 2

Trouver un produit

1-4 Comment trouver votre produit. Partie 2

Inutile de chercher quelque chose de compliqué. La seule chose importante est que vous puissiez expliquer pourquoi votre produit est différent des autres et pourquoi il doit être acheté. Tout doit tenir en une phrase.

Par exemple, la marque Redbull le fait très bien avec son slogan: « Redbull donne des ailes »

Savez-vous que les sociétés les plus performantes au monde ne fabriquent pas leur produit ? Partez donc avec l’idée que vous ferez peut-être comme eux.

Savez-vous déjà quel est votre produit ? Ce produit est-il un service ? Ou bien est-ce un produit physique ?

Pour optimiser les chances de réussite de votre futur business, nous vous conseillons de réfléchir à cette question: Comment pouvez-vous transformer votre expertise en un produit d’information que vous pourrez ensuite vendre ?

Par exemple, vous êtes chef cuisinier et vous voulez proposer un service de restauration à domicile. Pour ce type de business, vous devez être présent sur chaque prestation que vous vendez étant donné que c’est vous le coeur du produit, c’est vous qui faites la cuisine. Votre nombre de commandes maximum par semaine dépend donc du nombre de fois maximum où vous pouvez assurer votre prestation ( en fonction de votre planning et de celui de vos clients).

Dans ce mode de fonctionnement, il semble évident que le futur chiffre d’affaires de votre entreprise aura donc un plafond qui sera très difficile à dépasser si vous ne proposez uniquement que la prestation de service de restauration à domicile.

Pour augmenter le potentiel de chiffre d’affaire de votre entreprise, vous pouvez en parallèle de la prestation de service, créer un autre produit qui sera cette fois-ci basé sur votre expertise.

Par exemple, vous pouvez faire une série de vidéos cours de cuisines, vous pouvez écrire un livre de recettes de cuisine …

Ou alors, vous pouvez donner des cours de cuisine à des groupes de personnes et ainsi démultiplier facilement votre nombre de clients.

Ce nouveau produit ne sera pas trop long à fabriquer, et si vous choisissez les bonnes stratégies pour le vendre, vous aurez potentiellement un chiffre d’affaires bien plus important que celui généré par votre prestation de service.

Ainsi vous assurez à votre entreprise une meilleure solidité en ne m’étant pas tous vos oeufs dans le même panier.

Pour prendre le moins de risque avec un produit que vous voulez vendre, partez du principe que ce produit ne sera pas difficile à tester ou à développer. Partez également du principe que ce test ne vous coutera pas trop d’argent. Prévoyez aussi que le futur produit que vous allez vendre soit facile à dupliquer.

Par exemple, le cout de conception d’une série de vidéo dédié à l’apprentissage de la cuisine est peu élevé. Il faut prévoir une caméra ( ou un iPhone ), un ordinateur pour le montage ou toujours l’iPhone ;-), des produits frais pour faire les recettes pendant le tournage des vidéos, du matériel de cuisine, et un décor. Si vous êtes chef cuisinier, il y a fort à parier que vous avez déjà tout cela sous la main.

Pour tester le produit, c’est-à-dire vérifier que celui-ci se vendra bien, il vous suffira de quelques dizaines d’euros ( mais nous verrons cela dans le prochain chapitre )

Enfin, il semble évident qu’une vidéo est facile à dupliquer. On la met sur Youtube en privé et les gens qui ont payé pour recevoir cette vidéo ont accès à une zone membre sur votre site web pour la regarder.
[sociallocker id= »55313″]

Les produits d’information

Pour tout business, créer un produit d’information présente les avantages suivants:

– Le produit n’est pas difficile à créer si vous êtes expert dans un domaine.

En continuant sur notre exemple, si vous êtes chef cuisinier, il ne sera pas compliqué pour vous d’apprendre aux gens à faire certaines recettes de cuisine.

– La fabrication est rapide. Par exemple, une vidéo qui apprend à cuisiner une recette se fabrique en une journée maximum.

– Le produit à une durée de vie beaucoup plus longue, car il est difficile à copier. Il est plus facile de créer quelque chose de nouveau que de copier quelque chose.

Par exemple, le cuisinier dont nous parlons depuis tout à l’heure peut protéger ses vidéos d’un copyright, et ses recettes lui appartiennent.

Conseils:

Si vous n’avez pas la moindre idée du produit que vous allez vendre, nous vous proposons quelques astuces:

– Allez dans des  pays voisins pour voir ce qu’il se fait dans votre domaine et analyser les petites différences qui fonctionnent.

– Analysez le marché américain qui a de l’avance sur nous et inspirez-vous des succès d’aujourd’hui chez eux qui seront les succès de demain en France.

– Trouver un produit unique et que vous connaissez. Un produit qui ne se fait que dans la région où vous êtes. Faites-en votre spécialité. Par exemple, ouvrez une pâtisserie française au Japon.
[/sociallocker]

Raphaël

Comment trouver un marché de niche dans lequel créer son produit

Guide Création de business

1-3 Trouver une niche dans lequel vous allez créer votre produit

Maintenant que vous savez quelle méthode vous souhaitez adopter pour vendre votre produit, nous allons analyser le secteur dans lequel vous voulez évoluer.

Si vous n’avez pas d’idée sur le secteur où vous voulez évoluer, nous allons vous aider à le chercher. Comme nous l’avons expliqué dans le chapitre précédent, dirigez-vous vers quelque chose que vous connaissez bien et donc que vous comprenez, que vous maitrisez.

Nous avons appris dans le chapitre précédent qu’il est judicieux de ne pas créer votre future entreprise sur un marché où il y a trop de concurrence et où la publicité sera trop chère. Dirigez-vous plutôt vers un domaine précis où la concurrence sera plus faible et où il sera plus facile et moins couteux de toucher vos futurs clients.

Nous vous conseillons d’essayer de lancer votre entreprise sur un marché où il est facile de répondre à la demande. Et nous allons vous expliquer comme procéder pour y arriver.

Méthode pour trouver une niche où vendre un produit

*( Attention, les exemples cités dans ce chapitre n’ont pas fait l’objet d’une réelle recherche, ils ont uniquement pour but de vous montrer et vous aidez à comprendre les différentes étapes d’une recherche de secteur d’activité rentable)

Pour trouver le secteur dans lequel vous allez vendre votre produit, vous pouvez commencer par vous poser les trois questions suivantes:

– Dans quel secteur d’activités ai-je déjà évolué ?

– Quelles activités ai-je pratiquées durant ma vie ?

– Ai-je déjà fréquenté des groupes, des cercles, des associations ?

Faites une liste de tout ce qui vous passe par la tête comme:

– J’ai joué au tennis en club

– J’ai fait du surf et de la voile

– J’ai été inscrit dans une association de défense des animaux

– Je suis passionné par la pêche et la mer

– J’ai été DJ pendant 10 ans et j’aime la musique

– J’ai exercé en tant qu’ingénieur du son également pendant 10 ans

– Je fais du football depuis toujours

– Je travaille actuellement dans une agence web

– Je suis très intéressé par le développement personnel

Maintenant, dans chacune de ces activités, posez-vous la question de ce que vous auriez à dire ou apporter à des personnes par rapport à ces expériences que vous avez eues.

Par exemple:

– En tennis, je n’ai pas grand-chose à dire sauf que j’y ai joué longtemps. Dés fois il est difficile de trouver des partenaires pour jouer.

– Dans le domaine du surf, j’aurais aimé trouver plus de ressources en vidéo pour améliorer ma technique, les cours particuliers étant difficiles à trouver.

– Pour la défense des animaux, je n’ai pas grand-chose à dire sauf qu’il y aura toujours besoin de personnes dévoué pour sensibiliser le public et s’occuper des animaux.

– Pour la pêche, j’ai parfois eu envie de bricoler certaines choses pour rendre la pratique plus facile sur mon bateau.

– Je connais bien le milieu de la musique, mais je souhaite garder un rapport personnel avec elle maintenant.

– J’aime jouer au football et il est vrai que les sites parlent beaucoup du football professionnel, mais rarement du football amateur. Nous manquons souvent de ressources pour bien nous préparer et nous entretenir physiquement.

– J’adore mon métier de webmaster, mais il y a déjà beaucoup de ressources qui existent, cependant il y a une forte demande et je peux apporter à beaucoup de gens mon expertise.

– Je pense qu’en développement personnel, j’ai beaucoup de choses à apporter à travers mon expérience personnelle, effectivement j’ai été indépendant et salarié et je me suis plusieurs fois reconverti.

À la suite de cette seconde étape, réduisez votre liste aux activités où vous sentez qu’il est pertinent de continuer à creuser.

[sociallocker id= »55313″]Dans notre exemple, nous garderons les secteurs:

– du surf

– du matériel pour la pêche en mer

– du football amateur

– de l’expertise web

– du développement personnel autour de la reconversion professionnelle.

À ce stade de nos investigations, nous y voyons déjà un peu plus clair sur les possibilités qui s’offrent à nous. Mais ce n’est pas fini.

Dans la liste qui vous reste, recherchez s’il existe ou non des sites, blogs et magazines spécialisés autour des activités en question. Si oui, réduisez la liste aux activités que vous pouvez toucher à travers ces médias.

Revenons à notre exemple:

– En surf, il existe 2 magazines et 1 blog peu fréquenté

– Pour le matériel de pêche, il existe quelques sites et 5 magazines

– Pour le football amateur, il n’existe que quelques blogs et 2 magazines en parlent un

– Pour l’expertise web, il existe un nombre incalculable de ressources

– Pour la reconversion professionnelle, il existe beaucoup de sites, mais ceux-ci ont pour but de vendre des formations.

Il apparait donc ici que les secteurs du surf et du football amateur sont ceux où il y a le moins de concurrence. C’est ce qu’on appelle des niches.

Pour finir, nous ferons donc un classement de nos secteurs allant du moins concurrentiel à celui le plus concurrentiel.

Dans notre exemple, le classement sera donc le suivant:

– 1.Le football amateur, car le marché semble énorme, il n’existe pas de sites spécialisés donc pas de concurrence. Il n’existe que deux magazines, si nous faisons des publicités dedans, elles seront efficaces.

– 2.Le Surf pour les mêmes raisons même si le marché est moins grand.

– 3.La pêche, car la publicité dans les magazines sera plus chère, mais le marché est énorme et nous pouvons toucher beaucoup de monde. Cependant la concurrence semble plus forte

– 4.L’expertise web, car la demande est conséquente, mais il va falloir se battre pour être visible et garder des prix compétitifs face à la concurrence qui est forte.

– 5.La reconversion professionnelle, car nous ne voyons pas comment avoir de la visibilité dans ce domaine. Il n’existe pas de magazines spécialisés et nous serons en concurrence direct avec les sites et magazines d’emplois qui eux sont beaucoup trop gros pour nous. Nous garderons de côté cependant l’idée de faire un blog spécial autour du sujet et de pourquoi pas le monétiser par la suite grâce à la publicité et l’affiliation.

En conclusion de notre exemple, à travers notre étude, il semble que lancer un produit d’information ou de formation autour du football amateur soit une bonne option. Le marché étant étendu et le secteur étant peu concurrentiel.

Conclusion

Comme vous le voyez, le processus de recherche du bon secteur d’activité est long et réclame une analyse fine. Si vous avez suivi toutes ces étapes et que vous n’êtes pas convaincu par les réponses que vous trouvez. Reprenez le processus depuis le début en vous inspirant d’une autre façon. Par exemple, ajouter à la liste de départ les activités que vous avez toujours rêvé de réaliser.
Une fois que vous aurez fini cette étape et que vous saurez dans quel secteur vous voulez aller, ce sera le moment de répondre à la question que vous vous posez depuis le début de ce guide. Comment trouver un produit qui se démarque ?[/sociallocker]

Raphaël

Identifier un business rentable et une offre qui se démarque

Chapitre 1 : Identifier un business rentable et une offre qui se démarque

Identifier un business rentable et une offre qui se demarque

Nous y voilà, la décision est prise, vous allez monter votre entreprise. Peut-être que vous savez déjà ce que vous voulez faire ou vendre. Peut-être que vous avez aussi la certitude d’avoir trouvé l’idée du siècle.

Peut-être que pour certains d’entre vous, vous pensez que vous n’aurez juste qu’à ouvrir un magasin avec vitrine sur rue ou à créer un site internet au design moderne pour que vos produits se vendent comme des petits pains.

Vous êtes peut-être aussi dans le cas où vous voulez monter votre entreprise, mais vous ne savez précisément ce que vous voulez vendre. C’est plus le concept d’entrepreneuriat et la vie qui va avec qui vous séduisent. Vous êtes donc à la recherche d’idées, de concepts ou de modèles .

Ne vous faites pas de soucis, nous allons vous aider à chercher dans la bonne direction. Nous allons vous donner des techniques bien précises pour affiner votre recherche d’idée de business et de produit commercialisable.

Dans le cas où vous savez déjà ce que vous voulez vendre, avez vous bien analysé votre idée de produit ou est-ce qu’il ne s’agit là que d’une idée qui vous semble lumineuse ?

Faites attention à ne pas aller trop vite et à rentrer dans l’aventure de la création d’entreprises sans trop réfléchir. Si vous pensez avoir l’idée du siècle, nous vous répondons que rien ne dit que celle-ci fonctionnera une fois sur le marché. Il est sera donc plutôt raisonnable d’analyser votre idée en question.

Cela ne sert à rien de créer une entreprise uniquement pour assouvir un désir et par la suite ne pas réussir à payer les factures, avoir des soucis d’argent et ne pas profiter de la vie.

Si vous ne faites pas un travail d’analyse sur votre future activité, c’est peut-être ce qu’il se passera. Et nous ne voulons pas ça. Pour éviter toutes mauvaises surprises dans le futur, nous vous invitons dès maintenant à suivre nos conseils étape par étape pour construire une entreprise solide et rentable dans le temps.

1-1 Comment trouver votre produit à vendre. Partie 1

« Je monte mon entreprise et je vais vendre des t-shirts personnalisables. »

« Moi je vais vendre des livres pour enfants, car j’ai toujours rêvé d’écrire des livres. »

« Ah pour moi, comme je suis passionné de musique, je vais monter un studio d’enregistrement comme ça j’enregistrerais des groupes de rocks toute la journée » …

Vous pensez peut-être que c’est parce que vous avez une idée précise de ce que vous voulez faire que vous savez à l’avance quel sera le produit vedette de votre future entreprise, celui qui représentera 80% de votre chiffre d’affaires et qui vous fera vivre.

Et bien, faites attention, car vous n’avancez pas dans la bonne direction.

Vous pensez sans doute que la première chose à faire dans la création de votre entreprise c’est de rechercher quel produit, quel concept pourront se vendre et générer beaucoup de profits.

Nous allons vous expliquer qu’avant de trouver votre futur produit, votre futur concept et de commencer à le développer, vous devez réfléchir à comment vous pouvez ou voulez vendre un produit.

Il est très important de réfléchir à la manière dont vous pouvez ou vous voulez vendre votre produit, car cela aura un impact énorme sur la manière dont vous allez le penser et le concevoir.

1-2 Comment vendre votre produit

Comment voulez-vous vendre votre produit ? Où comment vous allez le vendre ? Voilà la première réflexion à avoir au sujet de la création de votre business.

Avez-vous dans l’idée d’avoir une boutique avec vitrine sur rue?

Dans ce cas, vous allez surement vendre un ou des produits directement à des clients qui vous connaitront de réputation ou qui seront passés devant votre vitrine.

Souhaitez-vous plutôt développer votre business autour d’un site internet?

Dans ce cas, il est évident que les techniques pour attirer vos clients et vendre vos produits seront différentes que celles utilisées dans notre premier exemple. 

Vous avez peut-être également envie d’adopter le système suivant: vous fabriquez votre produit et c’est un revendeur qui le vend.

Vous pouvez aussi vouloir passer par des plateformes de vente en ligne comme Cdiscount ou Amazon pour développer votre business.

Enfin, autre possibilité, vous souhaitiez vous servir de tous ces canaux pour vendre votre produit.

Voilà beaucoup de choix de manière de vendre qui s’offre à vous, et il en existe encore bien d’autres.

En fonction de la manière dont vous allez vendre, la concurrence autour de votre produit ne sera pas la même. Il peut y avoir par exemple 50 produits comme le vôtre qui se vendent en boutique et par contre seulement 2 sur internet.

[sociallocker id= »55313″]

Donc, en fonction de la manière dont vous allez vendre un produit, celui-ci sera plus ou moins visible auprès du grand public.

À titre d’exemple, si vous souhaitez développer votre business autour d’un site internet. Il est souhaitable de vendre un produit dans un secteur où il y a une faible concurrence pour lui garantir une certaine visibilité sur Google. Sans cela, vous serez obligé de dépenser beaucoup d’argent en publicité. Face à la concurrence, vous serez peut-être également amené à aligner vos prix à la baisse, ce qui affaiblira la santé de votre entreprise.

Autre exemple, vous souhaitez ouvrir une boutique de vente de pâtisserie fine avec vitrine sur une rue passante. Dans cet exemple, vous possédez un produit unique, car vous seul connaissez la recette de vos pâtisseries. Votre produit est donc soumis à une moins grosse concurrence. Vous avez donc plus de liberté pour fixer vos prix (dans une certaine limite). De plus, comme vous avez une vitrine sur une rue passante, vous vous assurez une visibilité locale presque gratuite, “presque”, car il faut bien payer le loyer de la boutique.

Il apparait donc dans cet exemple que vous avez plus de liberté autour de votre produit.

Un dernier exemple, vous avez l’idée de fabriquer un produit et d’adopter un circuit de distribution. Dans ce cas vous avez tout intérêt à choisir des revendeurs qui ne soient pas concurrents entre eux. Si deux revendeurs vendent le même produit, ils vont chacun leur tour descendre le prix de ce produit pour remporter le marché. Et ce,  jusqu’à tant que vos marges deviennent trop faibles pour être rentables. Opter de préférence pour un seul revendeur semble moins risqué, vous pourrez plus facilement fixer le prix de vente de votre produit et ainsi mieux contrôler vos marges.

De manière générale, les paramètres à prendre en compte pour choisir la manière dont vous allez décider de vendre sont:

– La méthode de vente que je vais adopter place-t-elle le produit dans un secteur où il y a déjà peu d’offres, c’est-à-dire peu de concurrence ?

Si ce n’est pas le cas, alors nous vous conseillons soit d’avoir un produit avec une réelle valeur ajoutée, soit d’avoir un bon financement pour pouvoir espérer pousser le produit avec des grosses campagnes publicitaires. Cependant, même avec un produit unique et un bon financement, les chances de succès sont moins importantes dans un secteur concurrentiel. Partez donc du principe que plus il y a de concurrence autour de votre produit, et plus vite votre produit a des chances de disparaitre.

– La méthode de vente que je vais adopter offre-t-elle à mon produit une bonne visibilité naturelle ?

Si ce n’est pas le cas, vous devrez dépenser beaucoup de temps et d’argent en publicité et communication pour que les gens prennent connaissance de votre produit. Vous ne serez toutefois pas certain de vendre votre produit, vos marges seront plus faibles et il sera plus difficile pour vous de gagner de l’argent.  

En conclusion de ce chapitre sur la manière de vendre votre produit

Vous comprenez donc pourquoi il est si important de commencer par réfléchir à la manière dont vous allez vendre votre produit plutôt que de penser au produit lui même. C’est l’espérance de vie de votre produit et son prix de vente qui en dépend.

Prenez votre temps, réfléchissez bien aux ressources que vous avez déjà de votre côté. De quel canal de vente êtes-vous naturellement le plus proche. Ne vous lancez pas dans un site internet si vous avez toujours été habitué à vendre en boutique. D’un autre côté, n’ouvrez pas une boutique si vous n’avez aucune expérience du contact client ( où alors, embaucher quelqu’un).

Choisissez le canal de vente que vous connaissez le mieux et où vous vous sentez le plus à l’aise. Une fois cette étape accomplie, nous pourrons commencer à réfléchir au secteur dans lequel vous allez vendre votre produit. [/sociallocker]

Raphaël