Informations juridiques

Comment créer une entreprise quand on est chômeur

Statut auto entrepreneur ou portage salarial, que choisir ?

Est ce qu’un travailleur indépendant peut redevenir salarié ?

Quoi choisir, être salarié ou être travailleur indépendant ?

Télétravail et le travail à domicile, quelle différence ?

5 solutions pour ne plus payer le RSI en toute légalité ( sauf la dernière )

Travail à domicile et portage salarial

L’auto-entrepreneur et la domiciliation

Auto-entrepreneurs : quels changements en 2015 ?

Travailleur à domicile : pourquoi choisir une domiciliation dans un centre d’affaires ?

Auto-entrepreneurs, devez-vous craindre pour votre retraite ?

Fonctionnaires, avez-vous accès à la création d’entreprise ?

Travailleur à domicile : salarié ou indépendant ?

Travailleurs indépendants et formation font-ils bon ménage ?

Travail à domicile et locataires : est-ce possible ?

Les droits à formation pour réussir son projet

Télétravail à domicile, quelle protection juridique pour le salarié ?

Auto-entrepreneur : est-il légal de diversifier ses activités ? Si oui comment ?

Travail à domicile: inconvénients du statut d’autoentrepreneur

Peut-on être autoentrepreneur alors qu’on a déjà un job salarié ?

Travail à domicile : Avantages du statut d’autoentrepreneur !

Le statut de l’auto-entrepreneur est-il en danger ?

Créer et protéger le nom de son entreprise en 3 étapes

Optimisez votre temps et l’espace grâce à la dématérialisation et aux e-demarches

LISEZ CECI si vous êtes salarié et que vous souhaitez créer votre entreprise pour travailler à domicile

Est-il possible de travailler à domicile tout en étant déjà salarié ?

Être indépendant financièrement, ça veut dire quoi ?

Tout ce qu’il faut savoir sur le télétravail en France

Pourquoi choisir le statut d’auto-entrepreneur

Un nouveau projet de loi à l’assemblée nationale

Pourquoi autoriser le télétravail dans mon entreprise ?

Statut indépendant

Le portage salarial

Statut salarié

Comment créer une entreprise quand on est chômeur

Vous êtes au chômage et souhaitez créer votre entreprise pour en finir avec cette période délicate ? Vous n’êtes pas seul dans ce cas là et il existe beaucoup d’avantages pour vous.

En France, une entreprise sur deux est créée par une personne inscrite à Pôle emploi.

Dans cet article, vous allez savoir les différentes aides financières que vous pouvez obtenir pour lancer votre projet.

Si vous êtes inscrit à Pôle emploi et que vous percevez l’ARE, il y a deux solutions

1 – Soit vous recevez un capital pour créer votre entreprise

Cet argent vous est versé sous forme de capital. La somme correspondant à une partie des droits qu’il vous reste. Ce dispositif s’appelle l’ARCE.

Pour bénéficier de l’ARCE, vous devez avant obtenir L’ACCRE ( aide aux chômeurs créateurs d’entreprises )

L’ARCE est versé en deux fois, la moitié à la date du début d’activité de votre entreprise, l’autre moitié 6 mois après.

2 – Soit vous continuez de recevoir vos allocations

Vous pouvez également continuer de percevoir vos allocations. Si vous générez des revenus avec votre entreprise, alors 70% de ces derniers seront déduit de vos allocations.

Si vous percevez l’allocation de solidarité spécifique ( ASS )alors il y a aussi deux cas de figure

1 – Soit vous obtenez l’ACCRE pour vous aider à créer votre entreprise

Si vous obtenez l’ACCRE ( Aide aux chômeurs créateurs d’entreprises ), alors vous pouvez continuer à toucher votre allocation de solidarité spécifique ( ASS ) pendant les 12 mois qui suivent le début d’activité de votre entreprise.

2 – Sinon vous bénéficiez d’un complément de revenus

Dans ce cas vous continuez à toucher votre allocation de solidarité spécifique ( ASS ) pendant 3 mois. Pour les 9 mois qui suivent, les revenus tirés de votre entreprise sont déduits dû montent de l’ASS, mais vous percevez chaque mois une prime de 150 euros.

En conclusion, renseignez-vous bien pour augmenter vos chances de réussite de lancement

Créer une entreprise demande souvent quelques mois pour commencer à gagner de l’argent. C’est pour cette raison que je conseille le plus souvent d’avoir avant de se lancer :

– Soit un peu d’argent de côté

– Soit d’avoir déjà un travail ou une activité parallèle

Étant à la recherche d’emploi, vous aurez peut-être du mal à remplir ces deux conditions et vous faire aider peut représenter pour vous une bonne opportunité.

Je vous souhaite plein de réussite pour la création de votre entreprise.

Raphaël

Statut auto entrepreneur ou portage salarial, que choisir ?

Vous avez une idée de création d’entreprise ou vous souhaitez juste arrondir vos fins de mois sans pour autant devenir auto entrepreneur ? Est-il pertinent, face à mon objectif, de devenir auto-entrepreneur ou alors, évoluer « sans risque » en portage salarial ?

Vous vous interrogez donc sur le futur statut que vous aurez à choisir. Zoom sur les différences qui peuvent exister entre le statut d’auto entrepreneur et celui du portage salarial.

Statut auto entrepreneur

Que signifie le portage salarial ?

Tout le monde connaît la définition du statut d’auto entrepreneur. Mais connaissez-vous celle du portage salarial ?

Il est décrit, selon l’article L1251-64 du Code du Travail comme « un ensemble de relations contractuelles organisées entre une entreprise de portage, une personne portée et des entreprises clientes comportant pour la personne portée le régime du salariat et la rémunération de sa prestation chez le client par l’entreprise de portage. »

Plus simplement, le portage salarial est un dispositif qui permet à une personne portée de réaliser des prestations pour son client de façon autonome, moyennant une rémunération de la part de la société de portage.

Comparaison des deux statuts : auto entrepreneur vs portage salarial

Comparons maintenant ces deux statuts, tant sur la forme juridique, que sur les avantages sociaux et la gestion des relations avec vos clients :

1 – Auto entrepreneur :

– Vous avez un statut d’entrepreneur individuel et bénéficiez de la protection sociale des indépendants.

– Pas d’ouverture de droits au chômage, pas d’Assedics en cas de cessation d’activité.

– Vous négociez vos prestations et tarifs directement avec votre client. Vous lui facturez ainsi ces prestations en votre nom, sans intermédiaire.

– Vous encaissez un chiffre d’affaires moins vos charges (pourcentage définit en fonction de votre activité).

2 – Portage Salarial :

– Vous êtes considéré comme salarié de la société de portage.

– Vous bénéficiez donc de la protection sociale des salariés (retraite, chômage…) : ouverture de droits au chômage, aux Assedics et à la formation.

– Vous démarchez vos clients et traitez directement vos prestations avec ce dernier, MAIS c’est votre société de portage qui facture en son nom.

– Vous percevez un salaire mensuel, versé par la société de portage, en fonction de la facturation réalisée dans le mois déduite des frais de gestion (environ 10%) et des charges patronales et salariales (environ 40%).

Qu’allez-vous toucher sous chaque statut ?

Prenons un exemple concret chiffré pour résumer cette différence entre ces deux statuts. Admettons que vous réalisiez des prestations de conseil pour 1000 € :

En tant qu’auto entrepreneur, vous déduirez de ces 1000 €, les 25,30 % de cotisations sociales, soit 253 €. Vous toucherez donc 747 €

La société de portage salarial déduira, elle, ses 10% de frais de gestion ainsi que 40% correspondant aux charges sociales et patronales. Vous toucherez donc 500 €.

D’un point de vue revenus seuls, le statut d’auto entrepreneur s’avère être le plus intéressant. Néanmoins, si votre objectif est d’arrondir vos fins de mois et de conserver les avantages sociaux du salariat, je vous conseille d’opter pour le statut du portage salarial.

Peut-on cumuler ces deux statuts ?

Il est tout à fait possible de cumuler ces deux statuts dans le cas par exemple d’un auto entrepreneur qui est à la limite du seuil de chiffre d’affaire autorisé pour ses prestations. ( 32 900 euros pour les prestations de services )

Notez qu’en exerçant votre activité en portage salarial, vous n’êtes pas soumis à ces seuils imposés par le statut d’auto entrepreneur, mais plus votre chiffre d’affaire augmentera, plus les frais de gestion de la société de portage vous coûteront cher.

En revanche, si vous dépassez votre seuil de chiffre d’affaire en tant qu’auto entrepreneur, vous serez obligé de changer de régime.

Avoir un statut de salarié en société de portage salarial et cumuler une activité en auto entrepreneur vous permet de jongler entre ces deux statuts et ainsi peut-être retarder un changement de régime en cas de dépassement de seuil. A vous de juger en fonction du montant de vos prestations réalisées.

Certains d’entre vous exercent peut-être leur activité en portage salarial ? Votre retour d’expérience est le bienvenu dans les commentaires.

Est ce qu’un travailleur indépendant peut redevenir salarié ?

Vous êtes travailleur indépendant est vous souhaitez redevenir salarié ?

Les raisons qui vous amène à désirez cela sont nombreuses : isolement à la maison, faillite de l’entreprise, une offre de carrière intéressante dans un grand groupe, un déménagement dans une nouvelle ville …

Certaines personnes ne sont juste pas faite pour être travailleur indépendnat. Par exemple ceux qui aimaient bien les pauses à la cafétériat avec les collègues, ou la sécurité de l’emplois, mais qui s’en rendent compte trop tard.

On a souvent l’impression qu’il est plus compliqué de devenir travailleur indépendant que de se faire employer.

Détrompez vous, ce n’est pas si simple. Voici quelques éléments qui ne joueront pas en votre faveur si vous êtes indépendant et que vous souhaitez redevenir salarié

travailleur independant salarie

La crédibilité

Est ce que les employeurs seront prêt à miser sur vous en vous embauchant ?

Vous allez devoir justifier les X derniers mois de votre vie professionnelle, et les recruteurs vont penser que vous cherchez un travail à mi-temps juste en attendant que vous retrouviez de nouveaux contrats.

Ils peuvent également être effrayés de placer en équipe une personne qui a vécu seule pendant si longtemps.

La jalousie

Beaucoup de personnes aimeraient se lancer comme travailleur indépendant. Le fait que vous y soyez arrivé peut en rendre jaloux plus d’un.

Ne soyez pas étonnés si vos collègues de bureau vous rendent la vie dure au quotidien pour se venger. Le type de travail que vous réalisiez, ainsi que les salaires que vous perceviez sont des sujets potentiels de discrimination.

La liberté

Ne choisissons nous pas de travailler en indépendant pour la liberté ?

Choisir ses heures, ses contrats, être son propre chef.

Il ne s’agit pas que de liberté physique en termes d’horaire ou de localisation, il s’agit surtout de motivation personnelle.

Etre contraint du jour au lendemain de déployer des immenses efforts sur un contrat nul, et de ne rien toucher en cas de signature, c’est dur.

Le rapport entre travail et salaire est immédiat lorsqu’on est indépendant, ce qui est très motivant. Dans une grosse structure c’est différent.

Travailleur indépendant, que faire pour réussir sa reconversion en tant que salarié ?

Il y a quelques règles très simples à respecter afin d’optimiser son retour en tant que salarié.

1) Mettez y le meilleur de vous même

Ne voyez pas votre reconversion comme un échec mais allez de l’avant.

Ok vous avez perdu votre liberté et vous devez gérer les conflits entre les différents services en interne, et tout ceci sous l’autorité de votre petit chef.

Ce n’est pas si grave, votre salaire est assuré en fin de mois. Quand vous aurez envie de vous relancer comme indépendant, ce sera toujours possible, même dès demain.

2) Profitez de votre nouvelle situation

On dit souvent que les indépendants ne partent pas en vacances car ils doivent payer les factures en fin de mois.

Maintenant que vous êtes salarié c’est l’occasion d’explorer des projets plus personnels : voyager, s’occuper de sa famille, suivre des cours.

3) Ne pas afficher son passé

Vous savez qu’il faut toujours être fier de ce que l’on a réalisé et de son parcours professionnel.

Il faudrait donc clairement afficher son passé en intégrant une nouvelle entreprise ? Malheureusement non.

Le problème principal c’est la jalousie des collègues de bureau, et surtout du manager qui se sent menacé par une personne qui en a fait plus que lui dans la vie.

Vous connaissez les préjugés, on imagine que les indépendants gagnent des fortunes et ont toujours la belle vie à la maison.

Alors pour éviter ceci, dites en un minimum, ou attendez quelques mois avant d’en parler. De cette façon vos collègues vous connaitrons d’abord au quotidien et auront une image positive de vous, avant de juger votre précédente carrière.

4) Faite le point sur vos envies

Si votre carrière d’indépendant vous manque, faite le point avec vous même.

Les envies changent avec les années. Etre indépendant une année, salarié l’année d’après, puis indépendant à nouveau, et pourquoi pas ?

L’important c’est que vous soyez en phase avec vos envies du moment, et que vous n’accumuliez pas les frustrations. Vous êtes le seul à savoir ce qui est bon pour vous.

Que vous vouliez vous lancer dans le métier d’indépendant, ou que vous arrêtiez pour la énième fois, considérez le comme une progression dans votre carrière. Il est surement bien plus intéressant et motivant d’alterner les expériences dans de nombreux domaines plutôt que de rester assis sur la même chaise (indépendant ou salarié) pendant des années.

Chaque nouvelle expérience correspond à de nouvelles compétences que vous pourrez acquérir. Quant à la justification auprès des employeurs ? Mettez en avant votre expertise, autonomie, et votre sens du relationnel avec les clients.

Vous avez déjà vécu l’expérience de redevenir salarié alors que vous étiez indépendant ? Vous histoire nous intéresse, nous pourrions vous interviewé et compléter cet article avec votre témoignage. N’hésitez pas à nous écrire à contact@travailler-a-domicile.fr si vous êtes intéressé.

Quoi choisir, être salarié ou être travailleur indépendant ?

Comme je vous l’ai déjà dit sur ce site, lorsqu’on veut commencer une activité à domicile, la première question que l’on doit se poser est la suivante : est-ce que je veux être salarié ou bien être indépendant ?

Cette question est essentielle, car en fonction de ce que vous voudrez faire, c’est votre mode de travail, vos objectifs, votre rémunération et même votre mode de vie qui seront différents.

Vous pourriez vous dire qu’il est facile de répondre à cette question. Généralement les gens qui ont toujours connu le salariat vont répondre spontanément “je désire être salarié” et les personnes ayant toujours été indépendantes diront le contraire.

Je vais vous faire un aveu, j’ai toujours été à cheval entre ces deux statuts, j’ai été salarié, j’ai été indépendant … Plusieurs fois …

Je vais donc simplement vous énumérer les différents points importants à prendre en compte dans votre réflexion.

Ne vous précipitez pas, vous avez le temps de réfléchir. Et, quelle que soit la décision que vous prendrez, rien n’est irréversible, vous pourrez toujours revenir en arrière. N’ayez pas peur de prendre une décision en fonction des informations que vous obtiendrez ici et ailleurs, c’est ce qui est le plus important.

Le travailleur salarié

travail salarie

Commençons par le statut salarié qui est de loin le plus connu. C’est la forme de travail la plus commune en France et également la plus médiatisée. À l’école d’ailleurs, dés notre plus jeune âge, on nous forme à avoir de bonnes notes pour avoir de bons diplômes et ainsi avoir de grandes chances d’être recruté en tant que salarié dans une grande entreprise. Le travail salarié, c’est en quelque sorte la norme en France.

Tous les travailleurs salariés de France sont soumis à la règlementation du travail, au Code du travail et aux différentes conventions collectives existantes dans les différentes branches de métier.

Pour ce qui est du travail à domicile, un travailleur salarié fait donc du télétravail. Cela veut dire qu’il travaille à distance de son entreprise.

Que ce soit pour un salarié normal ou un télétravailleur salarié, les principes de base du salariat sont les suivants, ces principes ne changeront jamais étant donné que c’est la base du concept du travail salarié.

– Le travailleur salarié à un contrat de travail avec l’entreprise qui l’emploie. Ce contrat lui assure une certaine sécurité de l’emploi.

– En outre, le travailleur salarié dispose de 5 semaines de congés payés par année, il est également payé partiellement en cas d’arrêt maladie.

– Dans certains cas, à la suite de la perte de son emploi, le travailleur salarié touche des allocations chômage pendant un certain temps pour l’accompagner dans la recherche de son nouveau travail.

Cependant, le travailleur salarié est également tenu de respecter un certain nombre de devoirs envers son entreprise.

– Le travailleur salarié doit être présent à son poste tous les jours à des horaires établis par sa hiérarchie.

– Le travailleur salarié est également dans l’obligation de réaliser les différentes tâches de travail demandé par sa hiérarchie et doit également atteindre les objectifs qui lui sont fixés.

– En contrepartie, le travailleur salarié reçoit un salaire identique chaque mois qui peut être réévalué à certains moments en fonction des résultats qu’il apporte à l’entreprise.

Ce qu’il faut retenir du travail salarié :

– Contrat de travail qui assure une certaine sécurité de l’emploi

– Congés payés, assurance maladie, assurance chômage

– Salaire fixe avec perspectives d’évolutions limitées

– Dépendance du lieu où le travail va être effectué.

– Pas de liberté de choix du temps de travail et des horaires

– Dépendance hiérarchique sur le travail à réaliser et sur les objectifs à atteindre.

Maintenant que nous avons vu le travail salarié, aimeriez-vous savoir un peu plus quels sont les principes du travail indépendant ?

Le travailleur indépendant.

travail independant

Le travail indépendant est souvent vu comme une forme de travail difficile à réaliser. Or cela est faux, le travail indépendant n’est pas plus difficile que le travail salarié. Pour réussir un travail indépendant, il faut simplement respecter un certain nombre de principes. Ce qui rend le travail indépendant difficile, c’est que ces principes ne sont enseignés nulle part à l’école au collège ou au lycée. Pourtant ces principes ne sont vraiment pas compliqués.

Il y plusieurs façons de travailler en indépendant, il n’est pas forcement obligatoire de monter une SARL, EURL ou de prendre le statut auto entrepreneur. Il est possible de commencer en faisant du portage salarial par exemple. Ensuite, il est possible dans certains cas d’avoir une forme juridique adaptée à son activité comme c’est le cas avec le statut de VDI pour la vente à domicile.

Quel que soit le statut d’un travailleur indépendant, les principes de ce mode de travail sont les suivants.

– Un travailleur indépendant peut choisir de travailler d’où il veut, il peut travailler dans des bureaux, il peut travailler de chez lui, il peut alterner les deux, il peut également très bien décider de travailler en voyageant.

– Un travailleur indépendant planifie lui même sont travail et se fixe lui-même ses objectifs, il ne connait pas la dépendance hiérarchique qu’un employé peut connaitre. Cela veut dire qu’il aménage comme bon lui semble ses horaires ainsi que son temps de travail.

– Un travailleur indépendant travaille pour lui et donc il récolte 100 % des bénéfices de son travail. Cela veut dire que sa rémunération n’est pas plafonnée et que ses perspectives d’évolution de salaire sont très fortes.

– Cependant, un travailleur indépendant doit faire une petite concession en contrepartie de tous ces avantages. Il n’a pas droit à l’assurance chômage et n’a pas de congés payés. Mais d’une certaine façon, le travail indépendant est un statut en lui même auto protégée, un travailleur indépendant ne peut pas se renvoyer lui-même.

Ce qu’il faut retenir du travail indépendant :

– Liberté dans la manière de travailler et dans le choix du lieu de travail

– Liberté dans le choix du temps de travail et des horaires de travail

– Rémunération égale à 100% des résultats obtenus et fortes perspectives d’évolution de salaire

– Pas d’assurance chômage et pas de congés payés

Conclusion :

travail salarie vs independant

Je vous invite donc à bien réfléchir sur le mode de travail que vous voulez adopter pour le lancement de votre activité à domicile.

Je vous le rappelle, se lancer dans une activité indépendante n’est pas difficile, il suffit simplement de respecter un certain nombre de principes à travers des étapes toutes simples à réaliser. Je vous donnerai très vite les bonnes méthodes pour passer ces étapes avec succès.

Pour finir, je vous laisse mon avis.

Pour moi, devenir travailleur indépendant est la seule solution réaliste et durable pour travailler à domicile et bien gagner sa vie. Il devient ainsi possible d’avoir plusieurs clients donc plusieurs rentrées d’argent.

Le travail indépendant constitue une certaine sécurité sur le long terme qu’aucun travail salarial ne peut offrir. Le travail indépendant offre également plus de liberté, plus d’indépendance, plus de possibilités de s’accomplir soit même et de s’épanouir dans la vie.

À vous de décider ce que vous souhaitez réellement

Raphaël

Télétravail et le travail à domicile, quelle différence ?

Vous avez pour ambition de commencer un télétravail ? Vous voulez profiter plus de votre maison, de votre famille et de votre entourage ? Vous souhaitez mettre votre énergie dans autre chose que dans votre trajet pour aller au travail.

Vous ressentez ce que beaucoup de personnes ressentent et vous avez de la chance, car vous vous trouvez au coeur même d’une méthode qui vous explique comment vous pourrez travailler de chez vous bientôt.

Pour bien commencer, vous devez vous poser les bonnes questions. Et pour se poser les bonnes questions, il faut bien faire la différence entre deux modes différents de travail à la maison. Ces deux modes de travail sont, le travail à domicile et le télétravail.

Je vous explique ici ce qui les différencie

Qu’est-ce que le travail à domicile

Quelle-est-la-difference-entre-le-travail-a-domicile-et-le-teletravail-2

Le travail à domicile, c’est une activité professionnelle que vous faites de chez vous. Cette activité est dans la plupart des cas indépendante. Vous êtes votre propre patron et vous vous fixez vous même les objectifs que vous voulez atteindre.

Dans le travail à domicile , vous travaillez donc à votre compte et vendez vos prestations ou produits à plusieurs autres entreprises.

Dans le travail à domicile, vous travaillez le nombre d’heures que vous souhaitez travailler par jour. C’est  également vous qui décidez de vos horaires de travail. Vous choisissez le salaire que vous vous versez.

Vous décidez de tout : Les stratégies communication et marketing à adopter pour atteindre vos objectifs, la gestion de votre trésorerie, les tarifs de vos produits ou prestations …

Dans le travail à domicile, vous devez également vous former en continu aux nouvelles tendances de votre marché, du marketing, de la communication ou encore de la vente. Vous pouvez faire cela en consacrant une partie de votre temps à lire des livres, des magazines ou encore des blogs spécialisés et suivre des formations en ligne.

Le travail à domicile est également appelé travail freelance, travail indépendant, travail en tant qu’auto-entrepreneur, micro-entrepreneur …

Qu’est-ce que le télétravail

Quelle-est-la-difference-entre-le-travail-a-domicile-et-le-teletravail-1-

Le télétravail est une activité professionnelle que vous faites également de chez vous. Cependant, la plupart du temps, cette activité est salariée. Vous avez donc un patron et devez faire le travail qu’il vous demande de faire. Vous devez remplir les objectifs qui vous sont fixés par lui.

Dans le télétravail, vous travaillez le nombre d’heures qui est indiqué sur votre contrat de travail. Vous travaillez aussi aux mêmes horaires que la société pour laquelle vous travaillez. Vous recevez tous les débuts du mois un salaire.

Dans le télétravail, vous exécutez donc les tâches qui vous sont demandées pendant un nombre d’heures prédéfinies et vous êtes payé en échange de cela.

Les différences de statut entre le travail à domicile et le télétravail.

3 grandes différences sur le plan social entre le travail à domicile indépendant et le télétravail salarié en France :

– Un travailleur à domicile indépendant n’a pas le droit aux congés payés contrairement au télétravailleur salarié qui lui en bénéficie.

– Un travailleur à domicile indépendant n’a pas le droit au chômage en cas d’arrêt d’activité alors que le télétravailleur salarié y a droit sous certaines conditions

– Un travailleur à domicile indépendant n’a pas de minimum retraite assurée contrairement au télétravailleur salarié qui lui l’a.

3 grandes différences sur le plan structurel entre le travail à domicile indépendant et le télétravail salarié

– Un travailleur à domicile indépendant est libre de travailler quand il veut, où il veut et comment il veut. Il n’a de compte à rendre à personne ce qui n’est pas le cas du télétravailleur salarié qui doit travailler un certain nombre d’heures à des horaires définis

– Si un travailleur à domicile indépendant fait un travail qui génère beaucoup de bénéfices, 100 % de ces bénéfices sont pour lui ( après impôts ) alors que le télétravailleur salarié lui n’en récupère qu’une petite partie des bénéfices générés par son travail.

– Le jour où un travailleur à domicile s’arrête de travailler, il continue de toucher les bénéfices que son travail fait dans le passé continue de générer aujourd’hui. Le jour où un télétravailleur salarié s’arrête de travailler, il ne reçoit plus de salaire même si le travail qu’il a fait continue de générer des bénéfices.

Comment choisir entre le travail à domicile et le télétravail.

En fonction donc du mode de travail que vous allez choisir vos revenus, votre quotidien, mais aussi votre manière de travailler vont être différents. Alors, comment faire ?

C’est simple, réfléchissez bien au pour et au contre des deux modes de travail.

Avez-vous besoin de vous sentir en sécurité dans le travail avec un contrat, une assurance chômage et un salaire qui vous est payé chaque mois ou au contraire préférez-vous prendre le risque d’être libre et de suivre vos idées ? À vous de voir.

Prenez le temps de vous poser les bonnes questions, car cette décision est à prendre au sérieux.

Vous pouvez nous laisser vos questions en commentaire si vous avez des doutes . Nous y répondrons et vous aiderons.

Raphaël

5 solutions pour ne plus payer le RSI en toute légalité ( sauf la dernière )

5 solutions pour ne plus payer le RSI en toute legalite 3

 

Vous ne voulez plus payer le RSI !

Vous êtes autoentrepreneur, gérant non-salarié d’une EURL ou SARL et cotisez pour le RSI.

Vous n’en pouvez plus des erreurs répétitives de cet organisme, des appels de cotisation non justifiée, des mises en demeure abusives, des erreurs de courrier … La santé de votre activité indépendante est menacée par ces défaillances nombreuses et vous n’arrivez plus à travailler sereinement.

Pire, cela joue sur votre qualité de vie et vous n’en pouvez plus.

Il est temps de faire le nécessaire pour ne plus avoir à faire au RSI. Des solutions existent et nous allons vous les données.

Les 4 premières solutions proposées sont entièrement légales, mais attention, ne plus avoir à payer le RSI ne veut pas dire payer moins de charges fiscales … à moins de quitter la France.

Solution 1: Le portage salarial

Le portage salarial est l’une des meilleures alternatives au statut d’autoentrepreneur que nous avons à vous proposer.

En travaillant avec le portage salarial, vous aurez le statut de salarié avec tous les avantages sociaux qui vont avec. ( Assurance chômage, jours de carence en cas d’arrêt maladie, meilleure cotisation à la retraite … )

Pour travailler en portage salarial, vous devez faire appel à une entreprise de portage salariale avec laquelle vous signez un contrat.

Le portage salarial fonctionne comme cela : vous versez votre chiffre d’affaire à l’entreprise de portage salarial avec laquelle vous êtes sous contrat, ensuite elle vous le reverse sous forme de salaire.

En termes de charges, cette solution est plus onéreuse que le RSI. Vous charges seront de 50 % sur votre chiffre d’affaires ( 10 % de commission de la société de portage salariale et 40 % de charges sociales et patronales )

Un autre avantage si vous exerciez jusqu’ici en tant qu’auto- entrepreneur, en portage salarial, vous pouvez déduire vos frais en TTC. C’est très avantageux si vous devez souvent faire appel à des prestataires externes ou encore acheter du matériel.

Notre avis sur le portage salarial :

C’est une bonne solution qui vous offrira la paix et la tranquillité d’esprit dans votre travail même si vous aurez à payer plus de charges.

5 solutions pour ne plus payer le RSI en toute legalite

Solution 2 : Les coopératives d’activité et d’emploi

Si vous travaillez avec une coopérative d’activité et d’emploi, vous aurez le statut d’entrepreneur salarié.

Cela fonctionne un peu de la même manière que le portage salarial, c’est la coopérative qui vous verse votre salaire, mais à l’inverse du portage salarial, vous pouvez décider du salaire qui vous est versé et pouvez décider de garder le reste pour votre trésorerie

Une coopérative d’activité et d’emploi assure une gestion administrative de votre activité ( comptabilité, calcul et versement des salaires, possibilité d’échange avec les autres entrepreneurs salariés, accompagnement ).

Comme pour le portage salarial, les charges sont plus lourdes, environ 50% de votre chiffre d’affaires. ( 10% de commission + 40% de charges sociales ) et vous pouvez également déduire vos frais liés à votre activité.

Notre avis sur le travail en coopératives d’activité et d’emploi:

Il est favorable, cette solution offre une bonne alternative au statut d’autoentrepreneur, EURL et SARL. Si vous ne souhaitez plus entendre parler du RSI et que vous travaillez seul, nous vous conseillons cette solution.

Solution 3 : Société anonyme ou Société par actions simplifiées

De plus en plus de SA et SAS sont créés en France.

En étant dirigeants de SA ou SAS, vous relèverez du régime général de la sécurité sociale. Vous ne saurez donc pas considérer comme un travailleur non-salarié affilié au régime des indépendants et donc vous n’aurez pas à cotiser pour le RSI.

Cependant, vous n’aurez pas le droit aux allocations chômage si votre entreprise est en difficulté.

Avec ce statut, les charges sociales seront supérieures de 10 % par rapport à celle ponctionnée par le RSI.

Notre avis sur les statut de Société anonyme ou Société par actions simplifié:

Si vous êtes travailleur indépendant ou freelance, cette solution ne semble pas la bonne. Cependant, si vous visez une croissance rapide et que vous voulez de faire entrer rapidement de nouveaux investisseurs dans votre projet, cette solution est la bonne.

5 solutions pour ne plus payer le RSI en toute legalite 2

Solution 4 : Installer votre société dans un pays étranger

Si les 3 solutions proposées ci-dessus ne vous conviennent pas, car, même si elles vous débarrassent du RSI et de tout le stress qu’il génère, vous trouvez que vous payez beaucoup trop de charges fiscales. Alors l’idée de quitter la France et d’installer votre affaire à l’étranger peut être la bonne. Mais attention, si vous déménager votre société, il vous faudra vous aussi déménager. Vous ne pourrez plus être résident français dans la quasi-totalité des cas.

Beaucoup de travailleurs indépendants français ont déjà fait le choix de partir s’installer et vivre aux États Unis, au Canada, en Angleterre, en Suisse ou encore en Espagne. Ces pays pour ne citer qu’eux, offrent des avantages fiscaux et sociaux non négligeables pour un travailleur indépendant. Et avec l’aide d’internet, et des vols d’avion lowcoast, vous pourrez continuer à travailler pour vos clients français avec une toute nouvelle tranquillité d’esprit

Notre avis sur la solution qui consiste à installer votre société dans un pays étranger :

Si vous avez pour rêves de découvrir une nouvelle culture et que vous n’êtes plus heureux en France, que vous n’arrivez plus à vous épanouir dans votre travail, car les défaillances structurels du RSI vous dégoutent, que vous trouvez que vous payer trop de charges fiscales et que vous ne comprenez plus pourquoi, alors partez vivre à l’endroit de vos rêves et profitez de la vie que vous pensez mériter d’avoir.

Solution 5 : Souscrire à une assurance privée à l’étranger ( attention, nous ne garantissons pas que cette solution est légale )

Face aux problèmes récurent lié au RSI, plusieurs mouvements de travailleurs indépendants proposent de se désaffilier du RSI et de souscrire des assurances privées à l’étranger. Sur internet et ailleurs, nous entendons parler de plus en plus de cette solution.

Selon la loi française et le RSI, cette solution est totalement illégale et si vous l’adoptez, vous aurez à assumer plusieurs procès contre le RSI.

Notre avis sur la souscription à une assurance privée à l’étranger pour échapper au RSI :

Nous vous déconseillons d’adopter cette solution tant que d’un point de vue juridique cette solution ne sera pas claire aux yeux de la loi française.

Mais si vous vous souhaitez vous engagez dans un combat contre le système administratif du RSI, car vous trouvez qu’il est une menace pour le travail indépendant ou bien qu’il va à l’encontre des valeurs que vous avez en tant qu’entrepreneur, alors libre à vous de suivre ce chemin.

Raphaël

Travail à domicile et portage salarial

Connaissez-vous le portage salarial ? Il s’agit d’une nouvelle forme d’emploi, basée sur une relation tripartite : le consultant ou salarié porté, l’entreprise de portage salarial qui offre à ce dernier un contrat de travail en portage salarial, et l’entreprise cliente.

On peut considérer le portage salarial comme une forme d’emploi à mi-chemin entre salarié et entrepreneur, qui permet de cumuler la sécurité du salarié et la liberté de l’entrepreneur.

Les interactions entre le porté, l’entreprise cliente et la société de portage salarial sont expliquées simplement dans ce schéma réalisé par ITG :

ITG_SCHEMA_PORTAGE_SALARIAL

 

Le portage salarial, une alternative pour le travail à domicile ?

Aujourd’hui, beaucoup de professionnels sont en quête d’autonomie, comme en témoigne la montée en puissance du travail à domicile. Ce mode de fonctionnement offre des avantages non négligeables mais nécessite d’être organisé : on doit être capable de s’imposer des horaires, de faire la distinction entre vie personnelle et vie professionnelle, ou encore d’éviter la solitude.

Pour satisfaire leur besoin d’autonomie, de nombreux travailleurs se mettent à leur compte. Pour cela, les uns créent une entreprise classique, d’autres se tournent vers l’auto-entrepreneuriat. Enfin, certains font le choix du portage salarial, plusieurs raisons en sont la cause :

  • Sécurité et avantages du statut de salarié (cotisation pour la retraite, couverture sociale, droit à la formation, …).
  • Prise en charge de la facturation et des parties administratives par la société de portage moyennant un pourcentage (10%) sur le chiffre d’affaires.
  • Possibilité de tester son activité sereinement et d’utiliser le portage comme un tremplin vers l’entrepreneuriat.
  • Développement du réseau grâce à la société de portage salarial, qui permet de rencontrer des professionnels, de s’entourer, et d’éviter “l’isolement” auquel font face certains professionnels qui ont fait le choix du travail à domicile.

Par essence, le portage salarial est adapté aux activités exercées en télétravail. Le portage salarial est un véritable “cadre” légal pour mener ses missions en travaillant à domicile. Il permet de compléter les temps de travail à domicile avec des temps de travail au sein des entreprises ou dans des espaces de co-working si le travailleur en portage veut retrouver une communauté de travail.

 

Portage salarial : évolution de la législation

Jusqu’ici, le portage salarial était réservé à un nombre restreint de professionnels, notamment les cadres.

Pour clarifier le portage salarial, le Gouvernement a adopté une ordonnance le 2 avril 2015. Celle-ci permet à la fois de sécuriser le portage salarial et d’élargir les profils concernés par cette nouvelle forme d’emploi.

Pour en savoir plus sur les principaux changements, consultez l’infographie réalisée par ITG.

 

L’auto-entrepreneur et la domiciliation

auto-entrepreneur domiciliationQu’on soit auto-entrepreneur ou une entreprise individuelle, il va un moment falloir donner une adresse de domiciliation pour obtenir un Kbis ou un numéro de Siret.

 

La domiciliation chez soi

Généralement, le premier réflexe des entrepreneurs est de choisir leur adresse personnelle comme siège social. C’est donc là qu’il recevront leur courrier et traiteront l’intégralité de leurs tâches quotidiennes. Pour être domicilié chez soi, il est préférable d’avoir une pièce consacrée uniquement à son travail qui servira de bureau et où seront stockés tous les documents relatifs à l’entreprise. En effet, cela permet de séparer les espaces de vie des espaces de travail et ainsi d’être plus serein et mieux organisé.

De plus, pour la vie de famille il est important de ne pas tout mélanger et de s’accorder du temps pour d’autres activités. Pour ceux qui n’ont pas la chance de disposer d’une pièce en plus, il existe la solution des espaces de coworking. Souvent implantés dans les grandes métropoles, il peut s’agir de cafés-wifi et où l’on paye seulement le temps passé ou bien des bureaux où sont louables des postes de travail. Ces solutions permettent de garder du lien social, de faire des rencontres professionnels et pourquoi pas de trouver son futur client, collaborateur ou fournisseur !

En effet, un des problème de ces statuts est la perte de contact physique avec l’extérieur. On reste souvent enfermé chez soi, derrière son ordinateur et les seuls personnes à qui l’on parle sont ses clients ou d’éventuels prospects.Pourtant lorsque l’on est entrepreneur, il est important d’échanger constamment afin de s’améliorer et de performer au mieux sur son secteur d’activité.

En société de domiciliation

Trop peu connu par les auto-entrepreneurs et les entreprises individuelles, les sociétés de domiciliation proposent pourtant des services très intéressants pour eux. Les sociétés de domiciliation offrent aux entrepreneurs la possibilité d’utiliser leur adresse comme adresse commerciale, c’est à dire de l’afficher sur tous les documents de types factures, devis… Généralement, ces sociétés de domiciliations se trouvent dans des endroits prestigieux ou dans des quartiers d’affaires importants. Cela permet de donner une image valorisante à son entreprise et de coller à son positionnement.

Mais l’avantage principal des sociétés de domiciliation est la gestion du courrier. En effet, cela vous évite de le recevoir à votre domicile et ainsi de ne pas crouler sous les factures dès votre réveil. Les services classiques d’une société de domiciliation sont la mise à disposition du courrier ou sa réexpédition à une adresse choisie, une permanence téléphonique et la location de bureaux et de salles de réunion pour une longue durée ou de manière ponctuelle.

De nombreuses sociétés de domiciliation offrent des services en plus en lien avec le développement d’entreprises. Elles proposent par exemple la création de statut juridique en réalisant toutes les formalités liées à la création d’une entreprise ou aux transferts de sièges sociaux à l’aide de formalistes. Vous trouverez également des services de coaching, de scan du courrier et de stockage dans un cloud sécurisé et bien d’autres choses.   Amis auto-entrepreneurs, n’hésitez plus à vous renseigner sur la domiciliation !

Auto-entrepreneurs : quels changements en 2015 ?

Changements auto-entrepreneurs en 2015Qui dit nouvelle année, dit souvent changements, et les auto-entrepreneurs n’échapperont pas à la règle en 2015. Dans le cadre de la loi sur l’Artisanat, le commerce et TPE, le régime de l’auto-entreprise va faire l’objet de quelques modifications à compter du 1er janvier 2015.
À quoi devez-vous vous attendre ?

Un nouveau statut

Dans 15 jours, l’auto-entreprise ne sera plus ! Remplacée par l’entreprise individuelle unique, il s’agit tout simplement d’une fusion entre auto-entrepreneurs et micro-entrepreneurs et entrepreneurs au réel. Rassurez-vous, ce statut n’aura aucune incidence sur votre activité ou vos obligations, car seule la dénomination change en vue d’une simplification. Lire la suite

Travailleur à domicile : pourquoi choisir une domiciliation dans un centre d’affaires ?

domiciliation-centrePour mieux contrôler les frais de gestion et diminuer les facteurs à risques liés à la création de leur entreprise, les entrepreneurs optent pour une domiciliation d’entreprise dans un centre d’affaires. Ce choix comporte bien des avantages surtout quand la structure fonde sa stratégie sur des employés appelés à travailler chez eux. Quels sont ces avantages ?

Une meilleure organisation du travail

C’est d’abord le principe même du travail à domicile qui rend bénéfique le choix d’une domiciliation dans un centre d’affaires. Le travailleur à domicile est un employé comme tout autre salarié selon les dispositions du Code du travail, mais sa spécificité réside dans le fait qu’il n’occupe pas les locaux de l’entreprise pour laquelle il travaille. Dans la mesure où la nature de son poste le permet, il exécute de son domicile toutes les tâches qui relèvent de sa responsabilité. Ainsi, les avantages d’une domiciliation sont favorables à une meilleure organisation du travail au sein d’une entreprise où la plupart des employés travaillent dans leurs maisons.

Une visibilité plus importante

La tentation est grande de choisir la demeure d’un responsable pour la domiciliation d’une entreprise quand celle-ci n’emploie que des travailleurs à domicile. Mais une telle option comporte des inconvénients au nombre desquels nous avons la dépendance de la structure à l’égard des changements d’adresse éventuels dudit responsable. Un tel choix expose aussi le dirigeant aux attaques des éventuels clients mécontents des services de l’entreprise. Pour éviter ces déconvenues, la domiciliation dans un centre d’affaires est la meilleure solution.

Un signe du sérieux de l’entreprise

Même si une entreprise offre des services qui ne nécessitent pas un cadre physique pour leur mise en œuvre, il est important que cette structure mène ses activités au moyen d’une domiciliation d’entreprise en bonne et due forme. Une attitude contraire traduirait un manque de sérieux de la part des responsables de l’entreprise en question. Une adresse postale, la localisation des bureaux sur une belle avenue, sont autant de facteurs qui montrent le degré de professionnalisme d’une entreprise. En conséquence, même les sociétés qui font travailler leurs employés dans leurs maisons ont beaucoup à gagner dans le choix d’une domiciliation au niveau d’un centre d’affaires.

Une réduction substantielle des frais de gestion

La domiciliation d’entreprise dans un centre d’affaires, on le sait, est une solution qui permet aux jeunes entrepreneurs de minimiser les investissements à engager dans la création de leur entreprise. Du point de vue légal, aucune entreprise ne peut lancer ses activités sans avoir un siège social où l’on peut la localiser. Or, pour une structure naissante, le coût d’un contrat de location ordinaire peut constituer un frein financier important. C’est pourquoi le recours à la domiciliation dans un centre d’affaires, qui offre des conditions avantageuses pour les jeunes entreprises, est la meilleure solution à ce problème juridique et financier. Les sociétés utilisant des travailleurs à domicile ne sont pas exclues de cette possibilité. Cette solution peut même leur convenir pendant toute la durée d’existence de l’entreprise. En effet, si la solution de la domiciliation n’est que transitoire pour les autres types de sociétés, elle peut être une option définitive pour les entreprises offrant des services immatériels, comme c’est le cas pour les centres d’accueil par exemple.

Une plus grande liberté d’action pour les employés

Pour toute personne ayant choisi un travail à domicile, la liberté de mouvement est un important critère. C’est en effet l’un des avantages chers aux travailleurs à domicile. En phase avec les horaires de travail définis dans son contrat de travail, l’employé qui travaille à son domicile peut mieux gérer son temps d’inactivité. Il peut à volonté accumuler d’autres formes de contrat dans la mesure où la loi l’y autorise. En conséquence, le travailleur est très satisfait de son choix, et ce sentiment ne peut que déteindre positivement sur la qualité du travail qu’il fournit au profit de l’entreprise ayant élu domicile dans un centre d’affaires.

Au total, on retient que le choix de la domiciliation d’entreprise dans un centre d’affaires comporte de nombreux avantages. Pour une société qui mène ses activités avec des travailleurs à domicile, cette option permet une meilleure organisation du travail et pousse l’entreprise à accéder à une plus grande visibilité. Cette solution aide aussi une telle entreprise à gagner davantage la confiance de ses partenaires, à réduire ses frais de gestion et à favoriser une plus grande liberté d’action chez ses employés.